Afrique
URL courte
Par
4132
S'abonner

Dans des déclarations à Sputnik, trois experts algériens analysent les contours de l’attentat ayant visé le 13 avril à Bamako le président de la coordination des mouvements de l’Azawad, Sidi Brahim Ould Sidati, ses enjeux géopolitiques et géostratégiques probables, ainsi que ses possibles impacts sur la paix et la mise en œuvre de l’accord d’Alger.

Mardi 13 avril, le président de la coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) – alliance regroupant les anciens groupes armés indépendantistes et nationalistes, touareg et arabes –, Sidi Brahim Ould Sidati, a été tué par balles à Bamako par plusieurs individus. Feu Ould Sidati était à la tête de la délégation de la CMA, lors de la signature de l’Accord de paix et de réconciliation, le 20 juin 2015 à Alger, qu’il avait lui-même paraphé.

Dans une déclaration à Jeune Afrique, l’ex-chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) à Bamako, Mohamed Saleh Annadif, a affirmé que «Sidi Brahim Ould Sidati faisait partie de ces Maliens qui croient et œuvrent réellement pour la paix et l’unité du Mali». «Au sein des mouvements signataires de l’accord d’Alger, il était toujours à la recherche du consensus pour rendre le processus de paix irréversible», a-t-il ajouté.

Intervenant quelques semaines après le sommet de la 42e session du comité de suivi de l'accord de paix d’Alger, tenu le 11 février pour la première fois à Kidal, dans le nord du Mali, regroupant toutes les parties en conflit dans ce pays sous la présidence du ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, ce crime pose plus d’une question sur ses tenants et ses aboutissants.

Dans le but de cerner le contexte, les enjeux sécuritaires, géopolitiques et géostratégiques entourant cet événement, Sputnik a sollicité trois experts: le docteur Abdelkader Soufi, chercheur en géopolitique et politiques de défense, l’ex-colonel des renseignements algériens Abdelhamid Larbi Chérif et enfin le directeur du site d’information militaire Menadefense.

«Un contexte tendu dans toute la région»

«Il faut mettre plusieurs événements en perspective: la tentative de coup d’État avortée au Niger contre le Président Mohamed Bazoum, fraîchement élu et à quelques jours de sa prise de fonctions, qui a été précédée par deux attentats terroristes dans le pays, l’annulation de la visite du Premier ministre français en Algérie et la rencontre à Alger des deux chefs d’état-major des armées française et algérienne», souligne le docteur Soufi.

Et d’ajouter qu’«il y a actuellement plusieurs intervenants internationaux aux intérêts divergents dans la région du Sahel, à savoir la France, les États-Unis et la Chine».

«La France a déployé 5.100 soldats au nord du Mali dans le cadre de l’opération Barkhane, tout en ayant également une présence militaire au nord du Niger et au Tchad. Les États-Unis ont implanté une base d’écoutes et de drones dans la région d’Agadez, dans le centre du Niger, alors que la Chine déploie une diplomatie économique agressive dans le cadre de son projet de route de la soie. Elle est notamment présente en Algérie et au Maroc, mais aussi dans les pays du Sahel, à l’instar du Mali et du Niger, et Afrique en général».

En septembre 2020, l’ex-chef du Pentagone Mark Esper a effectué une visite au Maghreb le conduisant en Tunisie, puis en Algérie et enfin au Maroc. Cette visite avait pour but de réaffirmer l'engagement des États-Unis dans la région, avait indiqué un haut responsable militaire américain à l’AFP.

Il s’agissait notamment d'évoquer les menaces que représentent pour ces pays «les organisations extrémistes comme Daech* ou Al-Qaïda*» ainsi que «l'instabilité régionale exacerbée par les activités […] de la Chine et la Russie sur le continent» africain, a-t-il souligné.

À ce propos, le docteur Abdelkader Soufi explique que «l’assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati à saborder complètement le processus de paix lancé depuis 2015 dans le nord du Mali, malgré ses insuffisances et la lenteur de sa mise en œuvre. Ceci pourrait relancer la guerre dans cette région aux frontières de l’Algérie et du Niger, mais aussi dans la région des trois frontières [partagées entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso, ndlr]».

Ainsi, «un tel conflit va donner un sérieux coup d’arrêt au projet de la route Transsaharienne qui devrait relier dans les prochaines années Alger à Lagos, sur une longueur de 4.500 kilomètres, en établissant une interconnexion entre six pays africains: l’Algérie, la Tunisie, le Mali, le Niger, le Tchad et le Nigeria. En juin 2020, ce projet est passé à la phase supérieure, suite à l’achèvement en Algérie de son segment le plus stratégique [qui contient des tunnels et des viaducs sur une distance de 19 km réalisé par la China State Construction Engineering Corporation, ndlr] reliant Haouch Messaoudi et Médéa, de l’autoroute Alger-El Menia de 800 kilomètres».

Dans le même sens, l’expert explique qu’«en décembre, la [République de, ndlr] Guinée et le Mali ont conclu un accord de 8,5 milliards de dollars pour la réalisation d’une voie ferrée de près de 900 kilomètres qui reliera Bamako au port de Conakry».

«Dans ce projet, le Mali a scellé un accord-cadre avec la Chine pour le financement de sa partie, alors que la Guinée est encore en discussions avec certains partenaires», a-t-il ajouté, précisant que «cette voie ferrée va connecter le port de Conakry […] aux ports algériens et tunisiens en Méditerranée, ce qui permettra l’acheminement de marchandises en un temps extrêmement réduit dans le cadre de la zone de libre-échange africaine (Zlecaf) et de la route de la soie».

Enfin, le docteur Soufi indique que si «le Président Bazoum a fait de la stabilité du Mali un objectif stratégique de sa diplomatie, c’est qu’il voit bien les conséquences d’un conflit dans cette région sur la prolifération de trafics de tous genres, notamment les armes et le cannabis marocain, en plus de son impact sur l’exploitation des gisements de pétrole, d’or et d’uranium sur toute la bande partagée par son pays, l’Algérie, le Mali et la Mauritanie». «Le projet de gazoduc reliant le Nigeria à l’Algérie, relancé dernièrement par Sabri Boukadoum lors de sa dernière visite à Lagos, serait également dans le collimateur, alors qu’un autre projet, celui voulu par le Maroc avec le Nigeria en passant par tous les pays de l’Afrique de l’Ouest, est, selon ses concepteurs, le concurrent du premier».

Quid des questions sécuritaires?

Depuis juin 2015, l’application de l’accord d’Alger a trouvé beaucoup d’obstacles. Il s’agit notamment des suspicions formulées par les Maliens du sud, qui voient dans les avantages et privilèges accordés aux différents groupes formant la coordination des mouvements de l’Azawad un prélude à la division du pays. Ceci a paralysé le gouvernement de Bamako qui n’arrive pas à amender la Constitution, organiser des élections représentatives de toutes les régions du pays en incluant les Maliens du nord dans les institutions du pays, tel que stipulé par l’accord d’Alger. Ceci en plus du refus de l’armée malienne de réintégrer les déserteurs ayant rejoint la CMA, ainsi que les autres combattants.

«C’est la France qui a créé ce problème», affirme l’ex-colonel Abdelhamid Larbi Chérif, soulignant qu’en 2013 «l’intervention militaire française dans le cadre de l’opération Serval s’est appuyée sur la milice des séparatiste touareg Ifoghas à qui elle a offert la ville de Kidal, malgré la protestation de Bamako». «Sans surprise, ceci a donné l’impression aux Maliens du sud que la France avait un plan de partition du Mali», ajoute-t-il, soulignant que cette réticence «est l’un des problèmes épineux qui bloquent l’application de l’accord d’Alger, faisant le bonheur de tous les groupes armés qui ne veulent pas être désarmés au profit de l’armée malienne».

Jeudi 8 avril, en recevant le général Lecointre à Alger, le chef d’état-major de l’armée algérienne a affirmé que «l’Algérie considérait que la stabilité et la sécurité de son voisinage étaient directement liées à sa sécurité», indique un communiqué du ministère algérien de la Défense dont Sputnik a eu une copie. «À cet effet […], l’Algérie n’a pas lésiné sur les initiatives et le soutien en direction de ses voisins pour coordonner les efforts sur la base d’une vision commune à travers le mécanisme du Comité d'état-major opérationnel conjoint (CEMOC) [regroupant l’Algérie et les pays du Sahel, ndlr]», ajoute la même source.

Pour Akram Kharief, les pays du Sahel qui ont fait appel à la France «faisaient face à un réel danger terroriste qui ne leur a pas laissé le choix, dans le contexte où le CEMOC n’est pas doté à ce jour d’une force armée déployable dans le Sahel qui, aux côtés du G5 Sahel et des forces de la MINUSMA, pourrait contribuer à désarmer tous les groupes et à soutenir l’armée et l’État maliens pour prendre le contrôle de tout le pays». «Cependant, il y a la possibilité que l’armée algérienne participe à la force de l’Onu dans le cadre du maintien de la paix, ce que la Constitution du pays autorise désormais avec l’accord des deux tiers du parlement», conclut-il, soulignant qu’«à ce moment il n’y a aucun signe allant dans ce sens».

*Organisations terroristes interdites en Russie

Lire aussi:

Le Hamas lance un nouveau barrage de roquettes vers Israël
Moscou exige qu’Israël cesse «immédiatement et entièrement» sa politique de colonisation
Un migrant en tue un autre et tente de violer une femme en pleine rue en 24h à Paris
Tags:
opération Barkhane, Azawad, Mali, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook