Afrique
URL courte
Par
201613
S'abonner

En Algérie, le correspondant à Tamanrasset du journal indépendant Liberté a été placé en détention préventive. La justice lui reproche, entre autres, d’avoir diffusé «de fausses informations susceptibles d’attenter à l’ordre public». Une campagne de solidarité a été lancée sur les réseaux sociaux pour exiger sa libération.

Un autre journaliste algérien se retrouve derrière les barreaux. Après Khaled Drarni, qui a été libéré le 25 février 2021 après avoir passé une année en prison, c’est au tour de son collège Rabah Karèche d’être placé en détention provisoire. Correspondant à Tamanrasset (à 1.900 kilomètres au sud d’Alger) du journal Liberté, Rabah Karèche a été convoqué par la police dimanche 18 avril puis placé en garde à vue. Hacen Ouali, directeur de la publication Liberté, explique à Sputnik que Rabah Karèche avait été plusieurs fois interrogé quant à ses écrits.

«Rabah Karèche a été convoqué à plusieurs reprises par la police mais sans qu’on ne lui en donne les raisons précises. Les policiers le questionnaient sur ses articles et sur ses sources d’information. Cette fois-ci, il a été transféré devant le procureur de la République au lendemain de sa garde à vue. Le procureur a transmis son dossier au juge d’instruction. Officiellement, on lui reproche de diffuser des informations sur Internet», précise le directeur du journal.

«Accusations fallacieuses»

Officiellement, Rabah Karèche est poursuivi pour les chefs d’inculpation suivants: «création d’un compte électronique consacré à la diffusion d’informations susceptibles de provoquer la ségrégation et la haine dans la société, diffusion volontaire de fausses informations susceptibles d’attenter à l’ordre public et l’usage de divers moyens pour porter atteinte à la sûreté et l’unité nationales».

«Il va de soi que ce ne sont là que des accusations fallacieuses qui cachent mal une volonté de faire taire le journaliste et l’empêcher d’accomplir en toute objectivité son travail», indique le journal Liberté dans un communiqué rendu public lundi 19 avril.

Hacen Ouali constate que placement en détention préventive de Rabah Karèche est intervenu dans le sillage de la publication d’un article qu’il avait consacré à la colère d’une partie de la population locale suite au dernier découpage administratif. En novembre 2020, le gouvernement algérien avait procédé à la création de 10 nouvelles wilayas (départements) en plus des 48 déjà existantes. Ce nouveau découpage administratif a eu des conséquences directes dans certaines régions, notamment à Tamanrasset et Ouargla, où il a été dénoncé par les populations.

L’article en question était en fait la couverture d’une manifestation organisée par des représentants de la communauté touareg de l’Ahaggar devant le siège de la wilaya. Le journaliste avait également interviewé un notable du village de Tazerouk qui avait dénoncé «l’amateurisme de l’appareil administratif» dans la mise en œuvre de ce découpage.

Connu pour son professionnalisme dans le traitement de l’information, Rabah Karèche ne se limitait pas à couvrir les activités des fonctionnaires locaux comme c’est le cas pour de nombreux correspondants, il avait pour habitude de traiter des sujets sensibles, notamment l'immigration clandestine en provenance des pays subsahariens ou encore le trafic d’or. Hacen Ouali a souligné que Liberté ne ménagerait aucun effort pour défendre Rabah Karèche.

«Nous avons déjà dénoncé le harcèlement subi par notre correspondant lors des convocations de la police. Une chose est certaine: la place de Rabah Karèche n’est pas en prison, peu importe ce que l’on peut lui reprocher. Nous restons convaincu de son innocence, Rabah est un journaliste professionnel qui a toujours recoupé et vérifié les informations qu’il publiait. Notre journaliste doit être remis en liberté, il a toujours répondu aux convocations de la police et de la justice», a insisté Hacen Ouali.

Article 50

La Constitution algérienne consacre la liberté de la presse et exclu l’incarcération des journalistes. «Le délit de presse ne peut être sanctionné par une peine privative de liberté», dispose l’article 50 de la loi fondamentale. Principes qui, encore une fois, n’ont pas été respectés dans le cas de Rabah Karèche. Depuis sa garde à vue, un mouvement de solidarité a pris forme sur les réseaux sociaux.

Lire aussi:

Deux ex-espions du KGB et de la DGSE racontent: «Les Gafam sont le service de renseignement le plus puissant au monde»
Moscou publie sa liste des «pays inamicaux» et explique les mesures qui les attendent
La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Tags:
Algérie, journalisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook