Afrique
URL courte
Par
0 36
S'abonner

Quelque 22 membres de l'administration provisoire de l'Etat régional du Tigray en Ethiopie, ont été tués par les forces du Front populaire de libération du peuple du Tigray (TPLF), ancien parti au pouvoir dans cette région.

«Les terroristes du TPLF ont tué 22 personnes, kidnappé 20 autres et blessé 4 responsables civils et membres de l'administration provisoire du Tigray», précise un communiqué publié mercredi par les autorités éthiopiennes.

Au total, 46 membres du personnel de l'administration provisoire ont été attaqués à ce jour «par des combattants du TPLF qui prétendent se battre pour le peuple du Tigray, mais se sont plutôt engagés dans la destruction des biens, les assassinats et le kidnapping», ajoute le communiqué.

Début du mois courant, la Chambre des Représentants du peuple (Chambre basse du parlement éthiopien), a approuvé à la majorité la désignation du TPLF et du groupe armé Shene comme organisation terroriste.

Selon le gouvernement, les deux groupes ont commis ces trois dernières années des crimes qui pourraient être considérés comme des actes de terrorisme. Ils ont joué un rôle dans l'organisation, le financement, la formation et le soutien aux attaques contre les civils au cours des trois dernières années.

En novembre 2020, rappelle-t-on, l’armée fédérale éthiopienne a mené une offensive contre les dissidents du TPLF après avoir attaqué le Commandement Nord de l’armée éthiopienne et pris en otage plusieurs officiers supérieurs, dont des généraux.

De hauts responsables du TPLF, dont un ancien chef de la diplomatie éthiopienne, ont été tués lors des opérations menées par l’armée et la police fédérales dans cette région et plusieurs autres dirigeants et officiers supérieurs ont été arrêtés et déférés devant la justice.

Lire aussi:

Covid-19: «la stratégie de la peur», dernier outil d’«une élite dépassée»? – vidéo
Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
La Pologne enverra des drones turcs protéger les frontières est de l’Otan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook