Afrique
URL courte
Par
118
S'abonner

Environ 7 millions de personnes ont basculé dans la pauvreté au Nigeria à cause de l'inflation accentuée par une forte augmentation des prix des biens alimentaires, révèle un rapport de la Banque mondiale.

«En 2020, l'économie nigériane s'est moins rétrécie (-1,8%) que ce qui avait été prévu au début de la pandémie (-3,2%). Mais bien que la croissance ait repris, les prix ont continué d'augmenter rapidement, affectant sévèrement les ménages nigérians», explique le rapport rendu public mardi.

«Pour la seule année 2020, la hausse des prix a poussé environ 7 millions de Nigérians sous le seuil de pauvreté», fait savoir le document, notant que «les prix des denrées alimentaires ont représenté plus de 60 % de l'augmentation totale de l'inflation».

Entre mars 2020 et mars 2021, les prix ont augmenté de 18,17% au Nigeria, soit le taux le plus important enregistré depuis quatre ans, font ressortir les données du Bureau national des statistiques, notant qu'outre l'inflation, le pays a fait face dans le contexte de la pandémie de Covid-19 à la hausse du chômage qui a laissé un tiers de la main-d'œuvre sans emploi à la fin de 2020.

«Le Nigeria fait face à des défis tels que l'inflation, le manque d'emplois et l'insécurité», note, dans ce sens, le directeur-pays de la Banque mondiale pour le Nigeria, Shubham Chaudhuri.

Selon le World Poverty Clock, un outil de suivi des progrès réalisés dans la lutte contre la pauvreté à l'échelle mondiale en utilisant des données des Nations unies, du FMI et de la Banque mondiale, 41 % de la population nigériane, soit près de 87 millions de personnes, vivent avec moins de 1,90 dollar par jour.

Lire aussi:

La police allemande patrouille à La Rochelle aux côtés de la gendarmerie – photo
Des sportifs américains aux JO s’en prennent aux athlètes russes après des défaites
Une ministre traite Asselineau et Philippot de «losers», ces derniers s’insurgent
La situation «dramatique» en outre-mer est «un avant-goût de ce qui risque de se passer en métropole»
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook