Afrique
URL courte
Par
0 13
S'abonner

Loué pour sa gestion efficace des deux premières vagues épidémiques, le pays des mille collines s’est retrouvé cette semaine contraint de durcir encore les restrictions sanitaires face à une vague de coronavirus qui s’annonce plus meurtrière que les autres et qui fait rage en Ouganda et au Kenya voisins.

Un conseil des ministres réuni sous la présidence du chef de l’Etat, Paul Kagame, a décidé, entre autres, de prolonger le couvre-feu nocturne d’une heure (21H00), de réduire à 30% le nombre d'employés présents sur les lieux de travail et de limiter la capacité d'accueil des transports publics à 30%. En outre, toutes les entreprises, marchés et restaurants doivent désormais fermer à 20H00.

Le Rwanda, qui a imposé deux confinements stricts depuis le début de la pandémie, a connu une flambée alarmante de contaminations au Covid-19 au cours de la semaine dernière, le taux de positivité passant de 0,5% à 4,3%. La capitale Kigali, qui reste l'épicentre de la pandémie dans le pays, concentre plus de la moitié des infections.

«Si un jour vous vous réveillez avec de nouvelles mesures, sachez simplement que nous le faisons pour le bien de tous», a lancé le président Kagame devant plus de 300 leaders d’opinions, hommes d’affaires et responsables locaux, lors d’une rencontre tenu récemment dans la ville de Musanze.

Les signes provenant de la région confirment qu'une troisième vague plus meurtrière que les deux précédentes est en cours, a mis en garde le dirigeant rwandais qui a lancé un appel fort au strict respect des mesures barrières afin d’éviter un scénario dramatique.

«Nous connaissons l'impact des mesures restrictives, mais l'impact de ne pas prendre ces mesures serait 10 fois pire que si nous agissons tôt», a souligné le chef de l’Etat, assurant que le gouvernement recherche toujours plus de vaccins afin d’avancer dans la course à l’immunité contre le Covid-19.

Depuis début mars, plus de 380.000 personnes ont reçu les deux doses de vaccin nécessaires.

Le directeur général du Centre biomédical du Rwanda (RBC), Sabin Nsanziman, a expliqué la recrudescence des infections dans le pays par «l'émergence de nouveaux foyers de contamination, notamment à Kigali et Rubavu».

Dans une déclaration à la presse, le responsable a indiqué que les usines industrielles et les lieux communaux représentent les nouveaux foyers de contamination. «Nous avons également renforcé la surveillance aux frontières pour détecter les nouveaux variants, en particulier ceux qui ont été signalés dans les pays voisins», a-t-il ajouté.

Le spectre de la troisième vague de Covid-19 a visiblement provoqué un sentiment d’inquiétude généralisé chez la population rwandaise, qui semblait jusque-là avoir oublié l’angoisse des deux premières vagues d’infection et l’impact économique et psychique des mesures de confinement.

Le ministre rwandais de la Santé, Daniel Ngamije, a tenté dimanche de rassurer les esprits des Rwandais, affirmant que le pays est «capable de prévenir une troisième vague de Covid-19, malgré l’augmentation des infections au cours des deux dernières semaines».

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a alerté, le 3 juin, sur le risque d’une troisième vague en Afrique, avec à l’appui une hausse de 20% des nouveaux cas de Covid-19.

Alors que le nombre de nouvelles infections continue de chuter dans le monde, seule l’Afrique reste sujette à une augmentation du nombre de cas de Covid-19 semaine après semaine, avertit l'OMS.

Lire aussi:

«Une menace pour la démocratie»: Emmanuel Macron s’insurge contre les anti-pass sanitaire
Didier Raoult propose de se mettre de la vaseline dans le nez pour contrer le Covid-19
«Pète-lui la gueule!»: Mélenchon craque complètement face à un passant – vidéo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook