Afrique
URL courte
Par
124
S'abonner

Des hommes armés ont tué un policier et enlevé au moins 80 élèves et cinq enseignants au Nigeria, dans une école de l'État de Kebbi, ont indiqué la police, des habitants et un enseignant.

L'attaque a eu lieu dans un collège du gouvernement fédéral situé dans la ville isolée de Birnin Yauri. Les autorités l'attribuent à des bandits armés cherchant à obtenir des rançons.

Il s'agit de la troisième attaque de ce type en trois semaines dans le nord-ouest du Nigeria.

Usman Aliyu, un enseignant de l'école, a déclaré que les hommes armés ont enlevé plus de 80 élèves, la plupart étant des filles.

"Ils ont tué l'un des (policiers), ont franchi le portail et sont allés directement dans les classes des élèves", a-t-il expliqué à Reuters.

Le porte-parole de la police de l'État de Kebbi, Nafiu Abubakar, a déclaré que les hommes armés avaient tué un officier et avaient également tiré sur un élève, qui reçoit un traitement médical. Les forces de sécurité recherchent les étudiants et les enseignants enlevés dans une forêt voisine, a-t-il ajouté.

Jeudi soir, la police n'avait pas communiqué le nombre d'étudiants disparus et un porte-parole du gouverneur de l'État de Kebbi a déclaré qu'ils procédaient à un décompte des disparus.

Atiku Aboki, un habitant qui s'est rendu à l'école peu après l'arrêt des tirs, a dit avoir vu une scène de panique et de confusion alors que les parents cherchaient leurs enfants.

"Quand nous sommes arrivés, nous avons vu des élèves pleurer, des enseignants pleurer, tout le monde s'entraidait", a-t-il indiqué par téléphone.

"Tout le monde était perdu. Puis mon frère m'a appelé (pour dire) que ses deux enfants n'ont pas été retrouvés et (nous) ne savons pas s'ils font partie des kidnappés."

Plus de 800 étudiants nigérians ont été enlevés de leurs écoles depuis décembre dans une série d'attaques. Certains ont été libérés, d'autres sont toujours portés disparus.

Ces assauts dans la région du nord-ouest sont distincts des insurrections islamistes centrées sur le nord-est, où le groupe Boko Haram avait enlevé en 2014 plus de 270 écolières dans la ville de Chibok.

Lire aussi:

«État Mafia»: des manifestants anti-pass s’en prennent à un pharmacien à Montpellier - vidéos
L’intrusion de gens du voyage met ce club du foot français dans une «situation catastrophique» - photos
Le pass sanitaire désormais obligatoire pour la pratique du football
Tags:
Nigeria, attaque, école
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook