Afrique
URL courte
Par
0 31
S'abonner

Le Soudan du Sud vient de lancer son premier appel d’offres pour l’octroi de licences d’exploration de pétrole et de gaz naturel, une décision qui s’inscrit dans le cadre des efforts du gouvernement visant à relancer l’industrie pétrolière, longtemps affectée par la guerre civile de 2013.

«Le cycle d’octroi de licences pétrolières vise à susciter l’intérêt d’un groupe diversifié d’investisseurs étrangers dans une région qui accueille déjà des majors pétrolières et gazières de Chine et de Malaisie», indique un communiqué du ministère du Pétrole publié mercredi.

Le ministère souligne que le pays espère accueillir à nouveau «des partenaires et des opérateurs expérimentés après les progrès significatifs réalisés dans le retour à la paix et à la stabilité».

L’appel d’offres couvre 5 blocs à terre, dont la superficie s’étend entre 4.000 et 25.000 km2, précise la même source, qui ajoute que les investisseurs potentiels peuvent demander toutes les informations au ministère du Pétrole jusqu’au 23 août prochain.

Le lancement appel d’offres pour les licences d’exploration pétrolière, initialement prévu en 2019, avait été retardé en raison de difficultés internes et de l’apparition de la pandémie de Covid-19.

A travers ce programme, le pays tente de diversifier les entreprises présentes dans son secteur pétrolier, en attirant les compagnies européennes et américaines. Actuellement, les entreprises qui opèrent au Soudan du Sud sont majoritairement chinoises et Malaisiennes.

Selon des données publiées par le ministère du Pétrole, environ 90 % des réserves de pétrole et de gaz du Sud-Soudan restent inexplorées, offrant des opportunités importantes aux investisseurs internationaux.

Lire aussi:

«Une menace pour la démocratie»: Emmanuel Macron s’insurge contre les anti-pass sanitaire
Didier Raoult propose de se mettre de la vaseline dans le nez pour contrer le Covid-19
«Pète-lui la gueule!»: Mélenchon craque complètement face à un passant – vidéo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook