Afrique
URL courte
Par
0 30
S'abonner

Au Kenya, les Micro, Petites et Moyennes Entreprises jouent un rôle clé dans le développement économique du pays. Le secteur qui représente environ 80 pc de l'emploi est essentiel pour réduire la pauvreté, stimuler l'entrepreneuriat et promouvoir l'innovation pour atteindre les Objectifs de Développement Durable.

Toutefois, ces MPME pourtant pourvoyeurs d'emplois sont confrontées à des pertes de revenus sans précédent et à des incertitudes relatives à leur avenir en raison des perturbations économiques découlant de la pandémie de COVID-19.

Un récent rapport de la Société MSC, spécialiste mondial de l'inclusion financière, économique et sociale révèle que la plupart des MPME kényanes n'ont pas de réserves financières pour couvrir leurs frais pendant les situations de crise. 39% seulement des MPME kényanes disposent d'une épargne pour subvenir à leurs besoins en cas de perte de revenu.

Les MPME ont besoin d'un soutien à l'accès et à l'adoption des technologies digitales pour faire face à la pandémie actuelle et pour assurer leur transformation à long terme, selon le rapport qui recommande d'étendre immédiatement les mesures d'aide d'urgence par une assistance en espèces aux microentreprises.

Une telle initiative permettra à ces entités de répondre à leurs besoins pendant les trois prochains mois au moins, estime le rapport.

Pour la MSC, le moment semble venu de revoir et de modifier de manière appropriée les directives en matière de marchés publics afin d'encourager et de soutenir les MPME locales, en particulier les microentreprises détenues par des femmes.

La société recommande de mettre en place une plateforme multi-agences pour aider les MPME à accéder aux technologies digitales et à utiliser le commerce électronique et le commerce social, les paiements digitaux et les modes de financement alternatifs.

Au cours des deux dernières années, les MPME ont continué à faire face à l'incertitude en raison des effets néfastes de Covid-19 sur les économies du monde entier. La récession émanant de Covid-19 a fait un lourd tribut aux petites entreprises, notamment des fermetures, une érosion des flux de trésorerie et du fonds de roulement, une perturbation des chaînes d'approvisionnement, une perte de revenus et un changement dans les préférences des clients.

Le rapport «Perspectives 2020 de la compétitivité des PME» élaboré par l'«International Trade Center» révèle qu'en Afrique, deux entreprises sur trois ont été fortement touchées par le Covid-19, impliquant principalement des ventes réduites (75 %) et des difficultés d'accès aux intrants (54 %).

Les MPME ont adopté des mécanismes pour lutter contre la pandémie, notamment des mesures de réduction des coûts, en diversifiant leurs modèles commerciaux et en adoptant des innovations opportunes en réponse à l'évolution de la dynamique du marché.

Pendant les fermetures, de nombreuses économies sont passées aux plateformes numériques. La téléconférence, les achats en ligne et les paiements numériques sont désormais adoptés dans de nombreuses régions depuis le second semestre 2020. Le passage à la numérisation devrait soutenir la reprise économique après la pandémie et peut jouer un rôle crucial dans l'amélioration de la résilience des MPME.

En raison de leur rôle clé dans la création d'emplois et la croissance, la protection et l'habilitation des petites entreprises pendant cette période de turbulences économiques seront cruciales pour la stabilité économique.

Le Conseil international pour les petites entreprises indique qu'à l'échelle mondiale, les MPME formelles et informelles représentent plus de 90 pour cent de toutes les entreprises et représentent 70 pour cent de l'emploi total et 50 pour cent du produit intérieur brut.

Lire aussi:

L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Un système de DCA russe détruit l’ensemble des missiles israéliens ayant visé une ville syrienne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook