Afrique
URL courte
Par
61028
S'abonner

Gosiame Sithole avait enfiévré la Toile, il y a quelques semaines, en annonçant avoir mis au monde 10 bébés. Elle aspirait même à une place dans le Guinness des records pour cette naissance multiple record. Sauf que la jeune sud-africaine a menti sur toute la ligne. Elle a depuis été internée en service psychiatrique.

Insolite, l’histoire des décuplés s’avère être un gros canular. C’est ce que laisse entendre le gouvernement provincial de Gauteng. Ses enquêteurs ont fait savoir qu’aucun hôpital de la ville de Pretoria, située à 10 kilomètres de Johannesburg, n’a enregistré une quelconque naissance de décuplés. Des tests médicaux ont même démontré que Gosiame Thamara Sithole, 37 ans, qui se présentait comme la mère de 10 enfants supposément nés en un seul accouchement, n'était même pas enceinte ces derniers temps nonobstant les photos où on la voit poser avec un ventre rond très imposant. Un gros coussin qui a fait pschitt?

​Dans ce communiqué officiel, le gouvernement régional livre les résultats de l’enquête en assurant qu’il n’existe aucune preuve de la naissance de 10 nouveau-nés.

La fausse naissance multiple a été déclarée, le 7 juin dernier en Afrique du Sud, un mois jour pour jour après le buzz créé par Halima Cissé. Cette jeune malienne a accouché de nonuplés au Maroc. Un record mondial que cherchait à battre Gosiame Sithole avec son prétendu accouchement de décuplés. Cette surprenante nouvelle a été relayée par les médias du monde entier et partagée massivement partout sur les réseaux sociaux, avant de virer au mélodrame.

C’est le compagnon de la jeune femme lui-même, Teboho Tsotetsi, qui a éveillé les soupçons en annonçant, le 15 juin dernier dans un communiqué, n’avoir toujours pas pu voir ses nourrissons, ni sa compagne. «La famille Tsotetsi ne croit plus à l'existence des 10 bébés, jusqu’à preuve du contraire», avait-il conclu. Teboho Tsotetsi a ensuite signalé la disparition de Gosiame Thamara Sithole et a demandé aux bienfaiteurs potentiels de ne plus octroyer de dons pour le couple et pour leurs prétendus bébés, surnommés les «Tembisa 10», du nom du quartier populaire où résidait le couple.

Sa compagne a finalement été arrêtée par la police, jeudi 17 juin, suite à une plainte qu'il a déposée en invoquant une «disparition inquiétante». Gosiame Sithole a été admise ensuite en hôpital psychiatrique, en vertu de la loi sud-africaine sur la santé mentale. Elle souffrirait de troubles psychiatriques. Les prétendus bébés quant à eux n’ont jamais été retrouvés parce qu’ils n’ont simplement jamais existé.

«Falsifier un record du monde pour de l'argent»?

Les motivations de la jeune femme sont pour l’instant inconnues, mais c’est l’hypothèse d’une arnaque financière qui revient le plus souvent dans les commentaires des internautes sud-africains.

​«Cette histoire est honteuse. Maintenant, le monde entier va percevoir l’Afrique du Sud comme étant le pays où l’on a falsifié un record du monde pour de l'argent. #Décuplés», écrit cette internaute.

​«Quelle arnaque, tellement élaborée qu’elle implique tout le pays. Certaines personnes ont juste besoin d'aide, les problèmes de santé mentale deviennent un gros problème national. Les donateurs, peuvent-ils récupérer leur argent? #Décuplés», commente cet autre internaute.

Et pour cause, la famille Tsotetsi a reçu plus de 70.000 dollars de divers donateurs, selon le journal américain New York Post. Une somme colossale que le couple n’a, à ce jour, pas encore remboursée.

Au micro de Sputnik, le médecin marocain Mourad Yazid avance une autre hypothèse en parlant du cas de Gosiame Thamara Sithole: «vu les problèmes psychiatriques dont souffre la jeune femme sud-africaine, il pourrait simplement s’agir d’une grossesse nerveuse qui est allée trop loin. Même si le fait qu’elle ait choisi de parler de 10 bébés précisément reste très étrange», affirme-t-il.

C’est ce gynécologue obstétricien de la clinique casablancaise de Aïn Borja qui s’était chargé de l’accouchement de Halima Cissé, maman de nonuplés originaire de Tombouctou. Celle-ci devrait sortir de l'hôpital et rentrer chez elle «dans les prochains jours avec ses neuf petits qui se portent tous bien», révèle le docteur Yazid à Sputnik.

Du côté du Livre Guinness, il va sans dire que l'inscription d'un nouveau record mondial n'est pas à l'ordre du jour. Contacté par Sputnik, le responsable des relations publiques du Livre Guinness des records, Hassan Ibrahim, affirme dans une réponse écrite que l’organisation avait bien pris connaissance des nouvelles péripéties concernant cette affaire. Étant donné que la véracité de l'histoire n'a pas été établie «nous pouvons juste assurer que, pour le moment, ce n’est pas encore un record mondial dûment inscrit dans le Livre Guinness des records».

Il aurait fallu, en outre, que la mère rentre chez elle avec les nourrissons pour que le record soit validé d'après une autre responsable de l'organisation internationale. Chose qui ne s'est pas produite.

«Ce type de records n’est approuvé qu'une fois que la mère ainsi que ses bébés rentrent chez eux et ne sont donc plus hospitalisés, car leur bien-être est une priorité absolue pour nous», précise ainsi Amber-Georgina Gill, directrice des relations publiques du Livre Guinness des records, également jointe par Sputnik.

Pour rappel, la prétendue naissance record a été annoncée par le média local Pretoria News le 8 juin dernier qui citait Teboho Tsotetsi comme source. Ce dernier racontait avoir reçu des messages de sa compagne lui apprenant la nouvelle, en lui précisant qu'il n'avait pas le droit de venir à l'hôpital à cause des mesures anti-Covid-19. Mzwandile Masina, maire local, avait ensuite confirmé l’information jeudi 10 juin, sur son compte Twitter. Ce dernier affirmait avoir personnellement rencontré la famille Tsotetsi dans son intégralité. C'est à ce moment-là que les médias des quatre coins du monde ont relayé la nouvelle.

Depuis que la vérité a éclaté au grand jour, le rédacteur en chef de Pretoria News, Piet Rampedi, fait face à des poursuites judiciaires ayant été enclenchées par le gouvernement provincial de Gauteng pour fausse nouvelle. Il s’est excusé auprès de son employeur pour le traitement du faux scoop des décuplés qui «a nui à la réputation du groupe».

Aux dernières nouvelles, l'avocate de Gosiame Sithole affirme que, depuis son internement, sa cliente est détenue contre son gré. En réaction, maître Refiloe Mokoena a décidé d’introduire un recours devant la justice pour exiger sa libération, en vain. Contactée à plusieurs reprises, Refiloe Mokoena a laissé les nombreux messages et appels de Sputnik sans réponse.

Lire aussi:

Un appel national à la grève lancé parmi les soignants pour s'opposer à l'obligation vaccinale
Plus de 80 CRS choisissent de dormir dans leur fourgon plutôt quand dans une caserne jugée «trop sale»
Les gangs de rue à l’assaut de Montréal: «La répression ne servira à rien»
Tags:
Afrique du Sud, Livre Guinness des records, livre Guinness, bébé
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook