Afrique
URL courte
Par
0 91
S'abonner

Quatorze lycaons africains, carnivore le plus menacé d'Afrique australe, ont été transférés d'Afrique du Sud au Malawi, a révélé lundi le Service de conservation «Wildlife ACT».

Le transfert a été effectué grâce à une collaboration entre l'Endangered Wildlife Trust (EWT) et African Parks qui gère les aires protégées de Liwonde et Majete, en partenariat avec le Département des parcs nationaux et de la faune du Malawi.

Trois femelles de la réserve de chasse communautaire de Somkhanda, située dans la province sud-africaine de KwaZulu-Natal, faisaient partie des 14 chiens sauvages qui ont été transférés au Malawi, précise la même source, ajoutant que cela aidera à prévenir la surpopulation dans les petites réserves et à maintenir la diversité génétique.

Le mouvement de la meute de 2019 vers Somkhanda et, par la suite, le transfert des trois femelles vers le Malawi font partie du projet d'extension de l'aire de répartition des chiens sauvages, piloté par les groupes sud-africains Wild Dog Advisory et le KwaZulu-Natal Wild Dog.

«Grâce à cette association d'autorités de conservation, la population de chiens sauvages d'Afrique du Sud est gérée comme une seule métapopulation, utilisant des réintroductions et des relocalisations pour simuler les processus naturels de dispersion, de formation de meute et de colonisation de nouveaux domaines», souligne Wildlife ACT.

La réserve de chasse Somkhanda est le produit d'une revendication territoriale réussie par la communauté Gumbi, qui a décidé de préserver le paysage naturel sous conservation.

«Une réserve de 12.500 ha est désormais un exemple réussi d'une communauté qui valorise la protection et la conservation de l'habitat naturel de l'Afrique du Sud, en tant que noyau du développement économique durable», indique-t-on.

Lire aussi:

Pas si brouillés? Mélenchon était bien présent aux cinquante ans d’Éric Zemmour
Macron demande pardon aux harkis, il est interrompu en plein discours - vidéo
«Le Pr Raoult est responsable de milliers de décès évitables dans les pays francophones», selon un microbiologiste belge
Tags:
Afrique, environnement
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook