Afrique
URL courte
Par
0628
S'abonner

Trois policiers et un agent de sécurité ont été tués près de l'ambassade de France à Dar es-Salam, la capitale de la Tanzanie. L'assaillant a été abattu, son identité n'a pas encore été établie, selon la police.

Un homme armé d'un fusil d'assaut a tué trois policiers et un agent de sécurité près de l'ambassade de France à Dar es-Salam -la capitale de la Tanzanie- avant d'être abattu, a annoncé ce mercredi 25 août la Présidente du pays, Samia Suluhu Hassan.

«Je présente mes condoléances aux forces de police et aux familles des trois soldats et de l'agent de sécurité qui ont perdu la vie après qu'un homme armé les a attaqués à Salenda, à Dar es-Salam. L'individu a été neutralisé et la situation est calme. Je demande à la police d'enquêter en détail», a indiqué la chef d’État.

Plusieurs ambassades étrangères dont celles de France, du Japon, du Kenya, de Russie ainsi que des agences bancaires Stanbic Bank et KCB Bank sont situées à proximité de la zone du pont Selandar (Selanda) où les tirs ont eu lieu, précise le journal local The Citizen.

​La police du pays avait précédemment fait état de deux morts parmi ses agents.

«Nous avons perdu deux de nos agents, et la personne qui les a tués a été abattue», a indiqué l'inspecteur général de la police tanzanienne, Simon Sirro, dans une vidéo postée sur le site d'actualités local Millard Ayo.

Il y aurait également six blessés à déplorer, selon des médias locaux.

L'ambassade des États-Unis à Dar es-Salam a appelé ses ressortissants se trouvant dans cette ville à la vigilance.

«Des informations circulent quant à un affrontement armé en cours près de l'ambassade de France sur la route Ali Hassan-Mwinyi. Il est conseillé aux citoyens américains d'éviter la zone et de suivre les médias locaux pour obtenir des renseignements», a indiqué la mission diplomatique américaine sur Twitter.

Premiers éléments d'enquête

À l'heure actuelle, les forces de l'ordre cherchent à établir l'identité de l'attaquant, a indiqué M.Sirro. 

Selon le Citizen, un témoin rapporte avoir vu un individu arriver au siège de la Stanbic Bank avant de se rendre directement dans un local où se trouvaient deux policiers. Il les aurait abattus à bout portant avant de les délester de leurs armes.

«Après avoir pris les armes, il a commencé à tirer en l'air, obligeant les gens se trouvant à proximité à s'enfuir pour se mettre à l'abri», a déclaré au média Salim Ally, un habitant du district de Kinondoni.

L'incident est survenu quelques heures après que l'inspecteur général de la police a signalé une baisse de 12% des infractions pénales dans le pays. Il a précisé que 49.508 avaient été enregistrées de juillet 2020 à juin 2021, contre 56.397 au cours de la même période de 2019-2020, rappelle le Citizen.

L'attaque n'est pas liée au terrorisme, malgré les rumeurs qui se propagent sur les réseaux sociaux, a corrigé le chef des opérations de police, Liberatus Sabas, à la presse.

En revanche, l'inspecteur général de la police Simon Sirro a lié la tragédie à l'insurrection dans le nord du Mozambique, où des forces conjointes de la Communauté de développement d'Afrique australe (CDAA) luttent contre les djihadistes. 

Situation au Mozambique

En juin dernier, la CDAA a décidé d'envoyer des troupes dans la province mozambicaine de Cabo Delgado où une insurrection de 2017 s'est transformée en une guérilla typique.

Fin mars, plusieurs dizaines de civils et de représentants des forces de sécurité ont été tués ou blessés lors d'une attaque de militants islamistes soupçonnés d’être affiliés à Daech* contre la ville de Palma. Environ 70.000 Mozambicains ont été contraints de quitter leurs foyers depuis le 24 mars, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

La Tanzanie a refoulé près de 10.000 réfugiés mozambicains en 2021, d'après un rapport d'OCHA.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Pas si brouillés? Mélenchon était bien présent aux cinquante ans d’Éric Zemmour
Macron demande pardon aux harkis, il est interrompu en plein discours - vidéo
«Le Pr Raoult est responsable de milliers de décès évitables dans les pays francophones», selon un microbiologiste belge
«Impensable d'avancer»: la France passe l’éponge sur l’accord de libre-échange entre l’UE et l’Australie
Tags:
Tanzanie, France, police, Mozambique, fusillade
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook