Amérique du Nord
URL courte
Par
4421
S'abonner

À Helsinki, le représentant américain Marshall Billingslea a fait part de son optimisme quant aux pourparlers avec la Russie sur le contrôle des armements nucléaires. Moscou se montre plus sceptique, dénonçant des «conditions unilatérales» d’extension du traité New Start.

Le représentant des États-Unis Marshall Billingslea a marqué sa satisfaction suite aux discussions sur le contrôle des arsenaux nucléaires russes et américains, qui se déroulaient à Helsinki. Les échanges entre les deux parties ont permis «d’importants progrès», a déclaré le principal négociateur américain sur Twitter.

Ces discussions visent à renégocier et à remplacer le traité New Start sur la réduction des armes stratégiques, signé entre Moscou et Washington en 2010 et qui doit prendre fin en février 2021. Ce traité est le seul accord existant encore entre les deux pays sur la limitation de leur arsenal nucléaire.

Les discussions d’Helsinki succèdent à plusieurs consultations russo-américaines qui se sont tenues à Vienne en juin, juillet et août.

La Russie plus sceptique

Mais l’optimisme américain quant à un éventuel accord ne semble pas être partagé par Moscou. En effet, selon le ministre russe des Affaires étrangères, les conditions proposées par les États-Unis ne tiennent pas compte des intérêts de la Russie. Les prises de positions américaines risquent même d’entraîner la «mort» du traité New Start, comme l’a déclaré Sergueï Lavrov en marge d’une réunion avec des chefs d'entreprises européens.

«C'est le dernier accord sur les armes stratégiques offensives qui va à présent mourir parce que les conditions qui sont avancées sont parfaitement unilatérales et ne tiennent compte ni de nos intérêts ni de l'expérience de plusieurs décennies, durant lesquelles la maîtrise des armements a mené à une satisfaction mutuelle», a-t-il expliqué lors de cette rencontre.

Le traité New Start, signé pour une période de 10 ans, offre la possibilité d’une prolongation de cinq ans maximum par un consentement mutuel.

Lire aussi:

Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Les anciens amis du terroriste de Conflans témoignent
Tags:
Helsinki, États-Unis, Russie, armes nucléaires, New START (Traité de réduction des armes nucléaires)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook