Amérique du Nord
URL courte
Par
6185
S'abonner

Après que le Wall Street Journal a mentionné Olga Galkinaen tant qu’informatrice de la principale «source» russe du dossier compromettant Donald Trump, l’intéressée réfute, reconnaissant cependant connaître l’homme en question.

La Russe Olga Galkina, que le Wall Street Journal définit à moins d’une semaine de la présidentielle comme «une source» dans le dossier compromettant contre Donald Trump, a nié au micro de Sputnik toute implication.

«Je ne m’attendais pas à une telle histoire. Elle m’a compliqué [la vie, ndlr]. Mais l’histoire n’est pas là. Toute cette histoire est fausse», déclare-t-elle auprès de l’agence.

Elle dit connaître Igor Dantchenko, présenté dans l’article comme une personne «liée aux espions américains».

«Nous avons étudié ensemble à l’école. Ensuite il est parti travailler et étudier en Amérique. Nous ne sommes pas vus pendant longtemps. [...] Nous étions amis et il m’aidait», résume la femme.

Concernant son emplacement actuel, l’intéressée dit être en Russie et qualifie de délire les assertions sur sa participation à une opération spéciale autour de Trump et «des hackers russes contre les élections américaines».

«Si j’avais pris part à cette opération spéciale, je ne me serais jamais permis de commettre la bêtise de retourner en Russie avec mon enfant», explique Galkina.

Dossier fuité dans la presse

Le dossier en question a été recueilli encore en 2016 par un ancien membre des services de renseignement britanniques, Christopher Steele et ce à la demande des adversaires politiques de Trump. Après la présidentielle qui a conduit ce dernier au pouvoir, son contenu a fuité dans la presse. En juillet, les médias britanniques ont divulgué l’identité de la «source» principale du dossier. Selon eux, il s’agit de l’analyste Igor Dantchenko, né en Ukraine soviétique, qui a étudié dans la ville russe de Perm puis est parti travailler aux États-Unis en tant que spécialiste de la Russie et de l’Eurasie.

Le Wall Street Journal avance que Galkinaa livré à Dantchenko des informations lorsqu’elle travaillait en 2016 à Chypre pour la compagnie XBT Jolding de l’entrepreneur russe Alexeï Goubarev.

Lire aussi:

Valéry Giscard d'Estaing mort des suites du Covid-19
Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Télétravail, une bombe à retardement pour la compétitivité économique des entreprises françaises?
Tags:
Russie, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook