Amérique du Nord
URL courte
Par
61116
S'abonner

Un chef de police dans l’Arkansas a dû démissionner après avoir appelé à la mise à mort de «tous les démocrates marxistes» sur les réseaux sociaux.

Des messages violents ont été publiés vendredi sur Parler, une application de réseaux sociaux de droite, faisant écho à l'annonce dans les médias de la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine, rapporte le Washington Post.

Affichés au nom de Lang Holland, chef de la police de la ville de Marshall, ils appelaient à «la mort de tous les démocrates marxistes» et exhortaient les partisans du responsable à «ne pas faire de prisonniers» et à «ne laisser aucun survivant».

«Ne les laissez jamais oublier qu’ils sont des traîtres et qu’ils n’ont aucun droit de vivre dans cette République après ce qu’ils ont fait», a-t-il écrit, selon une capture d’écran d’un de ses messages, qui ont été retirés lundi.

«Mort à tous les démocrates marxistes!», proclamait un autre message, «ne faites pas de prisonniers, ne laissez aucun survivant».

Selon le Kansas City Star, lorsque les journalistes et les habitants ont posé des questions sur ces messages, Lang Holland a d'abord affirmé qu'ils étaient faux.

Réaction du maire

Mais le maire de Marshall a déclaré que lors de leur rencontre tenue samedi le chef de la police s'était excusé pour ces posts puis avait démissionné.

«La ville de Marshall condamne les actions de M.Holland dans ses publications sur les médias sociaux», a déclaré le maire Kevin Elliott dans un communiqué.

«La ville de Marshall ne soutient ni ne tolère en aucune façon l'intimidation ou les menaces de violence envers quiconque, quelle que soit l'orientation politique! Nous le condamnons!», détaille le communiqué.
 

Lire aussi:

Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Un camp de migrants s'installe dans le centre de Paris, la police intervient - vidéo
Tags:
démission, police, Arkansas
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook