Amérique du Nord
URL courte
Par
11910
S'abonner

Un Américain, accusé d’avoir tué une jeune femme en 1972 et retrouvé en 2018 grâce aux progrès en génétique, s’est suicidé dans l’attente de son verdict.

Terrence Miller, habitant de l’État américain de Washington (nord-ouest) âgé de 77 ans, a mis fin à ses jours dans l’attente de son verdict dans l’affaire du meurtre d’une jeune femme en 1972, rapporte le New York Times.

La victime, qui avait subi une agression sexuelle avant d’être abattue d’une balle dans la tête, avait été retrouvée vêtue de sous-vêtements et de bottes dans un champ. C’est l’une de ces bottes, sur laquelle des fluides corporels avaient été retrouvés, qui a permis à l’enquête d’avancer, bien qu’avec un retard considérable: le profil ADN du tueur présumé n’a été déterminé qu’en 2008.

Arrêté 47 ans après les faits

Or, c’est seulement en 2018 qu’un laboratoire privé spécialisé en généalogie génétique a permis aux enquêteurs de remonter jusqu’au suspect. En récupérant une tasse de café jeté à la poubelle par Miller, ils ont pu formellement lier l’homme au meurtre de 1972.

Arrêté en avril 2019, l’homme a été accusé de meurtre au premier degré et collaborait peu avec les autorités. Bien que le suspect se soit suicidé, la cour d’assises l’a reconnu coupable, indique le New York Times.

Lire aussi:

L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Tags:
ADN, génétique, meurtre, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook