Amérique du Nord
URL courte
Par
11495
S'abonner

Donald Trump a gracié mercredi Michael Flynn, son ancien conseiller à la Sécurité nationale, qui avait admis en 2017 avoir menti au FBI durant l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016.

Le Président sortant américain a pris la décision de gracier son ex-conseiller Michael Flynn, ancien général de 61 ans qui avait plaidé coupable en 2017 d'avoir menti à la police fédérale au sujet de ses contacts avec un diplomate russe.

«J'ai le grand honneur d'annoncer que le général Michael T. Flynn a obtenu une grâce complète. Félicitations au général Flynn et à sa formidable famille, je sais que vous allez passer un Thanksgiving vraiment fantastique», a écrit sur Twitter le Président américain.

Menacé d’une peine de six mois

Aux termes de l'accord de plaider coupable négocié en 2017, Flynn risquait une peine maximale de six mois d'emprisonnement en échange de sa coopération à l'enquête du procureur Mueller sur l'ingérence présumée de la Russie dans l'élection présidentielle américaine de 2016 et une possible collusion entre la campagne Trump et des représentants russes. Mentir au FBI est un délit passible d'une peine allant jusqu'à cinq ans de prison.

Il avait ensuite dit vouloir renoncer à cette reconnaissance de culpabilité.

Le pardon accordé par l'actuel locataire républicain de la Maison-Blanche pourrait être le premier d'une série, d'ici au 20 janvier et l'investiture du démocrate Joe Biden, donné gagnant à l'élection présidentielle du 3 novembre.

Les démocrates critiquent la grâce accordée

«Ce pardon est immérité, peu scrupuleux et une tache de plus sur l'héritage rapidement décroissant du Président Trump», a déclaré dans un communiqué le démocrate Jerold Nadler, président de la commission des Affaires judiciaires de la Chambre des représentants.

La présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, a qualifié la démarche d’«acte grave de corruption et abus de pouvoir effronté».

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
Tags:
élection présidentielle, États-Unis, Michael Flynn, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook