Amérique du Nord
URL courte
Par
121062
S'abonner

Joe Biden a lancé une étrange boutade sur CNN, prétendant qu'il tomberait malade et se retirerait, s'il se développe en désaccord moral avec Kamala Harris. Ce n'est pas la première fois que l'ancien vice-président plaisante sur le sujet.

Joe Biden a intrigué les téléspectateurs de CNN, déclarant qu'il feindrait la maladie et démissionnerait, si jamais un désaccord moral profond survenait entre lui et Kamala Harris.

Le candidat démocrate, qui devrait être intronisé à la présidence si le collège électoral certifie les résultats des élections le 14 décembre, s'est rendu à ce débat télévisé en compagnie de sa potentielle vice-présidente

Ils ont discuté de la manière dont ils pourraient mettre de côté leurs divergences, si une administration Biden venait à voir le jour. Joe Biden a déclaré que tous deux partageaient une philosophie de gouvernement similaire, avant de lâcher cet étrange trait d'humour. 

"Si nous en arrivons à un désaccord fondamental, basé sur un principe moral, je développerai une maladie et je dirais que je dois démissionner", a-t-il lâché dans un sourire.

Pas une première

Ce n'est pas la première fois que Joe Biden plaisante de la sorte, à propos de ses rapports avec Kamala Harris. En octobre, lors d'une réunion à Atlanta, il s'était en effet présenté comme "le  colistier de  Kamala", inversant sciemment les rôles. "Vous croyez que je plaisante?", Avait-il ajouté devant ses interloqués partisans.

Quelques semaines après, Donald Trump avait lui aussi attaqué son adversaire à la présidentielle sur le sujet, déclaré à Fox News que Biden «ne serait pas président pendant trois mois, avant que la merveilleuse Kamala ne prenne le relais».

Le 7 novembre, plusieurs médias américains ont annoncé la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine. Donald Trump avait alors refusé de reconnaître sa défaite, arguant de fraudes électorales et avait lancé plusieurs actions en justice. Le 1er décembre, le Président sortant avait cependant laissé entendre à ses sympathisants qu'il pourrait briguer un second mandat en 2024.

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Alexeï Navalny interpellé à son retour en Russie
Tags:
élection présidentielle, Donald Trump, Kamala Harris, Joe Biden
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook