Amérique du Nord
URL courte
Par
9213
S'abonner

Un problème d’étiquetage a conduit des pharmaciens à gaspiller des doses du vaccin Pfizer-BioNTech, aux États-Unis. Les acteurs scientifiques tardent à trouver un consensus sur l’usage du surplus contenu dans les flacons.

Des pharmaciens hospitaliers ont dû se résoudre à jeter des doses du vaccin Pfizer-BioNTech aux États-Unis, rapportent le site d’information médicale StatNews. L’étiquetage des flacons indiquait en effet un usage pour cinq doses, mais les professionnels de santé se sont rendu compte qu’une sixième dose était disponible dans chaque fiole, après mélange avec un diluant.

Dans le doute, et sans l’approbation explicite du fabricant, ces sixièmes doses ont été jetées.

«Il était manifestement clair dès le début qu’il y avait un volume supplémentaire», a déclaré Russell Findlay de l’université de l’Utah Health à StatNews.

Le spécialiste dit craindre que ce souci d’étiquetage ne finisse par perturber les approvisionnements.

Toujours pas de consensus

Le problème a touché plusieurs établissements médicaux américains, de Boston jusqu’au Texas.

Face aux remontées du terrain, les acteurs scientifiques peinent encore à accorder leurs violons. Le 16 décembre, la Food and Drug Administration (FDA) a modifié ses directives, déclarant que les professionnels de santé étaient libres d’administrer les doses supplémentaires contenues dans les flacons.

Mais la société Pfizer se montre moins catégorique. Si chaque flacon contient assez de produit pour cinq doses, la quantité de substance restante «peut varier en fonction du type d’aiguilles et de seringues utilisées», souligne la porte-parole Sharon Castillo dans un courrier électronique adressé à StatNews.

La compagnie précise ne pas pouvoir «fournir de recommandations sur l’utilisation de la quantité restante de vaccin dans chaque flacon», et invite les praticiens à s’en référer aux politiques de leur établissement.

Manque de prévoyance?

Face à cette situation, certains critiquent l’imprévoyance de Pfizer et des autorités sanitaires américaines. Les problèmes de posologie auraient dû être signalés dès la distribution du vaccin au Royaume-Uni, pointe auprès de StatNews John Grabenstein, conseiller de l’American Pharmacists Association.

«Si la confusion posologique a été soulevée au Royaume-Uni, la FDA et Pfizer auraient dû publier des instructions plus claires sur l’utilisation de la dose supplémentaire, avant le début de la distribution cette semaine aux États-Unis […]. Dans une situation d’approvisionnement limité, tout gaspillage est malheureux», estime-t-il.

Le 12 décembre, la FDA a autorisé l’utilisation en urgence du vaccin contre le Covid-19 mis au point par Pfizer et BioNTech. Les travailleurs des systèmes de santé et les personnes âgées résidant en établissements de soins de longue durée avaient été désignés comme prioritaires à la vaccination.

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
Tags:
États-Unis, Pfizer, vaccin, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook