Amérique du Nord
URL courte
Par
15360
S'abonner

Médecin à Boston, aux États-Unis, il a été l’un des premiers Français à se faire inoculer le vaccin anti-Covid produit par Pfizer et BioNTech. Au micro d’Europe 1, il raconte avoir eu l’impression de «faire partie de l’histoire de l’humanité», mais aussi «de la science».

Tandis qu’une campagne de vaccination anti-Covid d’ampleur a été lancée aux États-Unis, le neurologue franco-américain Julien Cavanagh a fait part à Europe 1 de ses impressions après l’injection du vaccin de Pfizer.

«Ça m’a rendu très, très ému et les infirmières qui administraient ces vaccins l’étaient aussi», se souvient-il.

Le médecin, qui travaille au Massachusetts General Hospital de Boston, a ainsi rejoint le premier cercle des Français qui se sont fait vacciner contre le nouveau coronavirus. Il estime «qu’on est dans la bonne direction» avec le vaccin de Pfizer.

«Ça donne l’impression de faire partie de l’histoire de l’humanité. L’histoire de la science», poursuit Julien Cavanagh auprès de la radio.

Sa première pensée a été pour «tous les patients, tous les collègues» qu’il a perdus lors de l’épidémie et qui «malheureusement, ne peuvent pas connaître ce moment», confie M.Cavanagh.

«Une toute petite injection», précise-t-il, «0,3 millilitre est une toute petite quantité de liquide» qui constitue cependant pour le neurologue «un énorme moment d’espoir», bien qu’«encore des mois de combat» s’annoncent devant le monde entier et les États-Unis, l’un des pays les plus lourdement touchés.

Feu vert de Washington à Pfizer

Donald Trump a donné son feu vert au vaccin de Pfizer-BioNTech le 11 décembre, après une hausse préoccupante du nombre quotidien des décès.

Le 14 décembre, une campagne nationale de vaccination a débuté aux États-Unis pour ce vaccin dont des effets secondaires graves ont été signalés chez 0,6% des participants, comme l’ont montré les essais du médicament.

Stratégie vaccinale en France

En France, les premières vaccinations contre le Covid-19 pourraient commencer à partir de la dernière semaine de décembre si le calendrier européen des autorisations des candidats vaccins en examen est respecté, a annoncé Jean Castex.

Début décembre, Emmanuel Macron s’était dit «très prudent» vis-à-vis du vaccin de Pfizer et BioNTech.

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
Tags:
Covid-19, vaccin, Pfizer
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook