Amérique du Nord
URL courte
Par
Le Congrès US envahi par des manifestants (65)
29726
S'abonner

Depuis les scènes de chaos dans la capitale fédérale , au moins 25 procédures ont été ouvertes pour des faits de «terrorisme domestique» pour l'assaut sur le Capitole, selon un haut représentant de l'armée dont les propos ont été rapportés dimanche par un élu démocrate.

Au moins 25 procédures ont été ouvertes pour des faits de «terrorisme domestique» après l'attaque commise mercredi contre le Capitole, a déclaré dimanche Jason Crow, parlementaire démocrate.

Disant tenir l'information de Ryan McCarthy, le secrétaire américain à l'Armée, Jason Crow a indiqué que le Pentagone disposait d'informations indiquant que la menace terroriste resterait vivace jusqu'au 20 janvier, date à laquelle Joe Biden doit prêter serment et succéder à Donald Trump.

L'ancien homme d'affaires, qui a sans relâche depuis l'élection du 3 novembre dénoncé des fraudes sans en apporter la moindre preuve, a encouragé mercredi ses partisans réunis à Washington à marcher en direction du Capitole.

Après son discours, des centaines d'émeutiers sont entrés de force dans le bâtiment, qui abrite les deux chambres du Congrès des États-Unis, contraignant les parlementaires à suspendre la procédure de certification définitive des résultats du scrutin présidentiel et à se réfugier dans des lieux sûrs.

Une fois ces partisans évacués, les élus du Congrès ont confirmé la victoire de Joe Biden.

Ces violences dans et autour du Capitole ont fait cinq morts, une manifestante tuée par balle, un policier et trois personnes victimes d'incidents médicaux.

Dossier:
Le Congrès US envahi par des manifestants (65)

Lire aussi:

Défilé militaire sur la place Rouge pour célébrer le Jour de la Victoire - vidéo
Aucune excuse pour «ceux qui développent de nouveaux plans d’agression», prévient Poutine le Jour de la Victoire
Policier tué à Avignon: ce que l'on sait du tireur
Tags:
États-Unis, Capitole, Washington, terrorisme, attentat
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook