Amérique du Nord
URL courte
Par
5152
S'abonner

L'avion transportant Lenin Moreno a effectué un atterrissage d'urgence à Washington peu de temps après son décollage, a annoncé le service de presse du chef de l’État équatorien.

Un atterrissage d’urgence dû à une panne a retardé le retour du Président équatorien, Lenin Moreno, dans son pays après une visite aux États-Unis, a déclaré ce samedi 30 janvier le service de presse du Président.

​«Nous vous informons que l'avion présidentiel avait une défaillance technique, nous avons donc dû faire un atterrissage d'urgence. Le Président Lenin Moreno et tous les passagers vont bien, ils rentreront en Équateur dans les prochaines heures», a indiqué le service de presse sur Twitter.

Selon le site Flightradar 24, l'Embraer Legacy 600 arrivé le 24 janvier aux États-Unis en provenance de Quito, la capitale de l'Équateur, a décollé ce 30 janvier de la base aérienne Andrews, à 15 km de Washington, avant d'y retourner 21 minutes plus tard.

Lenin Moreno avait passé une semaine dans la capitale des États-Unis dans le cadre d’une visite officielle. Son déplacement était initialement prévu pour le début du mois de janvier, alors que Donald Trump était encore Président, mais la visite a été reportée après l'occupation du Capitole par des manifestants, selon les médias.

​Le 23 septembre dernier, les médias américains avaient annoncé qu’un avion transportant Mike Pence, alors vice-Président des États-Unis, avait dû lui aussi effectuer un atterrissage d’urgence. L’avion aurait eu un problème de moteur après avoir percuté des oiseaux après son décollage de Manchester, dans le New Hampshire.

Lire aussi:

Les caméras du domicile de Gérard Depardieu, mis en examen pour viols, montrent une rencontre avec une jeune actrice
Le seuil des 30.000 cas journaliers de Covid-19 de nouveau franchi en France
Selon l’ONU, l’épidémie est un «prétexte» des États pour porter atteinte aux «droits humains»
Tags:
Lenin Moreno, atterrissage d'urgence, États-Unis, Equateur
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook