Amérique du Nord
URL courte
Par
7509
S'abonner

Des dizaines de milliers d’Américains exigent d’enquêter sur la mort d’un chat déchiqueté par deux pitbulls encouragés par leurs propriétaires. La pétition a également recueilli les signatures de nombreuses personnes vivant à l’étranger.

Une pétition exhortant la police de New York à enquêter d’une part sur la mort d’un chat tué par deux chiens de race pitbull à Brooklyn le 13 janvier, et à arrêter d’autre part leurs propriétaires a recueilli près de 17.500 signatures d’habitants de presque tous les 50 États américains et de plus de 80 pays du monde, dont le Zimbabwe, l'Égypte, le Japon et le Kazakhstan, souligne le New York Post.   

​Ce chat noir et blanc, surnommé Tuxedo, «a subi une mort horrible lorsqu'un couple sadique a encouragé ses deux chiens à l'attaquer», disent les auteurs de la pétition. Il faisait partie d'une groupe de chats sauvages et vivait dans le complexe résidentiel depuis 2011, nourri par une habitante du quartier.

Punir le couple

Les chiens ont déchiqueté le chat. La pétition, publiée par le groupe Animal Victory luttant contre la maltraitance animale, exhorte la police à prendre des mesures rapides contre les propriétaires des pitbulls. Armés d’un bâton, ils ont de surcroît chassé le chat de l’arbre où il tentait de se réfugier.

«Veuillez signer la pétition aujourd'hui pour faire savoir aux autorités que cette affaire de cruauté envers les animaux doit faire l'objet d'une enquête approfondie et que le couple doit être jugé!»

Près d'un mois après le drame, aucune arrestation n'a été effectuée, déplore dans un entretien avec le New York Post la femme qui donnait à manger à Tuxedo, dévastée par sa mort.

Lire aussi:

«Je commence à vraiment comprendre les Français»: agacé, Laurent Delahousse recadre Schiappa et Faure - vidéo
La Chine annonce la découverte de deux gigantesques gisements de pétrole et de gaz
Deux immeubles s’effondrent à Bordeaux, trois blessés dont un grave
Tags:
pétition, New York, chats
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook