Amérique du Nord
URL courte
Par
256112
S'abonner

Donald Trump a fustigé les récentes évolutions de Twitter dans un entretien à Newsmax TV. L’ancien Président a en outre accusé le réseau social de l’avoir harcelé, ainsi que ses partisans.

Interrogé par Newsmax TV, Donald Trump a réitéré ses critiques à l’encontre de Twitter. L’ancien Président, banni du réseau social le 8 janvier, estime notamment que la plateforme n’est plus aussi attractive qu’avant. Il affirme comprendre que plusieurs utilisateurs se détournent aujourd’hui du réseau à l’oiseau bleu.

«Si vous regardez ce qui se passe avec Twitter, je comprends que c’est devenu très ennuyeux et que des millions de personnes partent. Elles s’en vont parce que ce n’est plus la même chose» a ainsi déclaré à la chaîne le candidat malheureux à la dernière présidentielle.

Donald Trump a également affirmé qu’il ne souhaitait pas revenir sur Twitter et n’a pas écarté l’idée de créer sa propre plateforme sociale.

Politique de harcèlement?

Le magnat de l’immobilier a également mis en cause l’attitude de Twitter à son égard lors de ses derniers mois de présidence et durant les élections. Le réseau social a selon lui fait preuve d’une forme de harcèlement, en accompagnant souvent d’avertissements ses tweets et ceux de ses partisans.

«Nous étions vraiment harcelés sur Twitter. Ils posaient toutes sortes de bannières. Ils signalaient presque tout, tout ce que je disais était signalé. C'est juste honteux», a-t-il expliqué à Newsmax TV.

Également interrogé sur une éventuelle candidature à la présidence en 2024, Donald Trump ne s’est pas clairement prononcé, assurant cependant bénéficier encore d’un «soutien énorme» dans l’opinion, au vu de certains sondages.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Tags:
harcèlement, réseaux sociaux, censure, Twitter, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook