Amérique du Nord
URL courte
Par
5425
S'abonner

Un chirurgien californien a tenté d’assister à son procès par vidéoconférence alors qu’il se trouvait en pleine opération d’un patient, rapporte le Sacramento Bee. Le jugement a été reporté, la situation va faire l’objet d’une enquête.

Le Dr. Scott Green, chirurgien plastique en Californie du Nord, s’est présenté jeudi 25 février à son procès pour une affaire liée à une infraction routière. L’audience s’est déroulée par vidéoconférence en raison de l’épidémie de coronavirus, explique le Sacramento Bee, sauf que l’homme se trouvait en blouse chirurgicale, prêt à opérer un patient.

«Sauf erreur de ma part, je vois le défendant au milieu d’une salle d’opération, qui semble activement engagé dans la fourniture de soins à un patient», lui fait remarquer dans l’extrait vidéo Gary Link, le juge de la Cour supérieure de Sacramento.

«Oui, monsieur. C’est ok», confirme le chirurgien. Mais le juge affirme ne pas vouloir poursuivre le procès dans de telles circonstances pour le bien-être du patient. «J’ai un autre chirurgien ici qui peut procéder à l’opération avec moi, donc je peux me tenir ici et le laisser faire», tente de justifier le mis en cause.

Enquête ouverte

Le juge n’a pas accepté cette explication et a indiqué que le procès serait reporté au mois de mars. Le chirurgien a présenté ses excuses, précise le quotidien local. Le Medical Board of California, équivalent local du Conseil national de l’Ordre des médecins, a fait savoir qu’il mènerait une enquête sur ce cas, indique Associated Press, confirmant une information du Sacramento Bee. À la date du 28 février, la licence du Dr. Scott Green est toujours valide, d’après leur site.

Lire aussi:

«Pas de ministres, pas d’hommes politiques»: Pierre-Jean Chalençon s’explique après sa garde à vue
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Repas clandestins: deux personnalités dévoilent publiquement leur expérience
Tags:
Californie, enquête, opération, vidéoconférence, procès
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook