Amérique du Nord
URL courte
Par
2411
S'abonner

La police du Capitole a été avertie d’un nouveau projet d’attaque du bâtiment et a dû se préparer en conséquence. La date du 4 mars est particulièrement sensible.

Le département de police du Capitole s’est renforcé, après avoir identifié une potentielle menace pour le jeudi 4 mars, indique-t-il dans un communiqué.

Les forces de l’ordre ont en effet obtenu des renseignements sur un projet d’attaque par «une milice désignée pour forcer l'entrée du Capitole», ce jour-là. L’information est à prendre au sérieux, souligne l’institution.

La police précise avoir déjà opéré un «renforcement important de la sécurité» depuis l’assaut donné sur l’édifice le 6 janvier. Les effectifs ont notamment été multipliés. 

La véritable inauguration de Trump?

Les membres du groupe QAnon considèrent que la date du 4 mars marquera l’inauguration de Donald Trump comme véritable Président des États-Unis, rappelle CNN.

Ce renforcement de la sécurité ne signifie cependant pas que de nouvelles manifestations auront lieu au Capitole, tempère la chaîne, qui a eu accès à une note de Timothy Blodgett, responsable des services chargés du protocole et de la sécurité au Congrès.

Ce document stipule que la police ne dispose d’«aucune indication selon laquelle des groupes se rendraient à Washington DC pour protester ou commettre des actes de violence».

Le Capitole avait été la cible d’une attaque des partisans de Trump le 6 janvier, qui avait forcé le Congrès à suspendre la procédure de certification des résultats de la présidentielle. Donald Trump avait été accusé d’«incitation à l'insurrection» suite à cet événement mais la procédure de destitution n’avait pas abouti.

Lire aussi:

Sofagate: Charles Michel s’est repassé «150 fois le film» et «ne dort pas bien»
Véran annonce l’ouverture de la vaccination aux plus de 55 ans
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Tags:
complotisme, Donald Trump, Washington, milice, police, Capitole
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook