Amérique du Nord
URL courte
Par
2440
S'abonner

Alphabet, société mère de Google, n’a pas réussi à faire classer la plainte déposée contre elle par des utilisateurs qui accusent le géant du Net de surveiller leur activité même quand le navigateur Chrome fonctionne en mode incognito.

Une juge fédérale américaine a refusé vendredi 12 mars de classer une plainte déposée en juin par trois utilisateurs contre Alphabet, la maison mère de Google, et portant sur la confidentialité de leurs données, informe Bloomberg.

«Le tribunal conclut que Google n'a pas informé ses utilisateurs que Google s'engage dans la collecte présumée de données alors que l'utilisateur est en mode de navigation privée», a estimé la juge Lucy Koh dans sa décision.

Une surveillance permanente

Les utilisateurs qui ont intenté le procès affirment que même lorsqu'ils désactivaient la collecte de données dans Chrome, d'autres outils Google utilisés par les sites Web finissent par surveiller leurs activités.

«Google sait qui sont vos amis, quels sont vos loisirs, ce que vous aimez manger, quels films vous regardez, où et quand vous aimez faire du shopping, quelles sont vos destinations de vacances préférées, quelle est votre couleur préférée et même les choses potentiellement embarrassantes, que vous naviguez sur Internet, que vous suiviez ou non les conseils de Google pour garder vos activités "privées"», indique la plainte, citée par l’agence.

Google se défend

De son côté, le géant informatique a contesté ces affirmations et promis de continuer à se défendre «résolument».

«Le mode navigation privée de Chrome vous permet de naviguer sur Internet sans que votre activité ne soit enregistrée sur votre navigateur ou appareil. Chaque fois que vous ouvrez un nouvel onglet de navigation privée, nous indiquons clairement que les sites Web peuvent être en mesure de collecter des informations sur votre activité pendant votre session», a déclaré le porte-parole de Google, Jose Castaneda, à Bloomberg.

Google a également fait valoir que les plaignants avaient consenti à sa politique de confidentialité.

«Google précise que "incognito" ne signifie pas "invisible" et que l'activité de l'utilisateur au cours de cette session peut être visible par les sites Web qu'il visite, ainsi que par tout service d'analyse ou de publicité tiers utilisé par les sites Web visités», a déclaré Google dans un dépôt au tribunal.

Des mesures annoncées par Google

Comme le rappelle l’agence financière, cette décision de la justice américaine intervient alors que Google et Apple font face à un examen minutieux par les législateurs concernant leurs pratiques de collecte de données. Google a annoncé qu'il éliminerait l'année prochaine les cookies tiers qui aident les annonceurs à voir les activités des consommateurs sur le Web et qu’il n’utiliserait pas de méthodes alternatives pour suivre les individus.

Le patron de Google, Sundar Pichai, a en outre annoncé fin juin 2020 que son entreprise envisageait de moins stocker les données des internautes et supprimerait automatiquement, au bout de 18 mois, l'historique de recherche et de localisation de ses nouveaux clients.

Il a précisé que les données de recherche des nouveaux utilisateurs de YouTube, filiale de Google, seront également supprimées automatiquement après 36 mois.

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Des médecins avouent avoir vacciné des moins de 55 ans à l’AstraZeneca malgré une recommandation contraire
Tags:
site, moteur de recherche, réseaux sociaux, Google
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook