Amérique du Nord
URL courte
Par
15657
S'abonner

Lors de sa première conférence de presse donnée jeudi 25 mars, deux mois après son investiture, Joe Biden s’est moqué de Donald Trump et du parti républicain.

Une question de la correspondante de CBS News pendant la première conférence de presse de Joe Biden depuis son investiture il y a deux mois a fait glousser le Président américain.

La journaliste a voulu savoir si ce dernier envisageait de se représenter à la présidentielle de 2024, étant donné que son prédécesseur, Donald Trump, avait déjà lancé sa campagne.

«Mon prédécesseur… Oh mon Dieu, il me manque», a répondu M.Biden en laissant s’échapper un rire étouffé.

Pour 2024, le locataire de la Maison-Blanche a clairement exprimé qu’il comptait se représenter, avec une nuance:

«J’ai un grand respect pour le destin dans ma vie. Je n'ai jamais été en mesure de faire des plans ... pour trois ans et demi à l'avance, c'est sûr.»

Le parti républicain et la vice-Présidente Harris

La question d’un éventuel match retour avec Donald Trump a également éveillé des moqueries chez Joe Biden qui a suggéré que le parti de l’ex-Président n’existerait peut-être même plus dans trois ans.

«Oh, allez. Je n’y pense même pas, je n'en ai aucune idée. Je ne sais pas s'il y aura un parti républicain», a-t-il ironisé.

Il a par ailleurs espéré que la vice-Présidente Kamala Harris serait de nouveau sa colistière pour cette échéance électorale.

Lors de sa première conférence de presse officielle, Joe Biden a répondu pendant plus d’une heure aux questions de la presse sur des sujets allant de l'immigration au déploiement des vaccins anti-Covid-19.

Lire aussi:

Le pass sanitaire en cause? L’institut Pasteur améliore ses pronostics pour la quatrième vague
Licenciement en cas de non-vaccination? La droite dénonce «une volonté de revanche sur le dos des salariés»
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Tags:
conférence de presse, Donald Trump, Joe Biden
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook