Amérique du Nord
URL courte
Par
31323
S'abonner

Des lycéens au Texas ont joué au commerce des esclaves, en achetant et en vendant virtuellement leurs camarades noirs, indique le Washington Post. Le jeu a été rendu public et critiqué officiellement par l’administration scolaire concernée. Un nouvel épisode dans une série d’incidents de violences contre les minorités aux États-Unis.

Des élèves de neuvième classe d’un lycée d’Aledo, au Texas, ont utilisé Snapchat pour relancer, sous forme d’un jeu, la traite des esclaves, fait savoir le Washington Post. Au sein des espaces virtuels des lycéens, dont le nombre et les noms n’ont pas été communiqués, ils achetaient et vendaient leurs camarades noirs.

Les participants aux groupes Snapchat, dont certains explicitement appelés «Commerce des esclaves», s’échangeaient des messages avec des montants concrets qui pourraient être payés pour tel ou tel «serviteur» noir, précise le journal.

Après avoir tenu une enquête interne, l’administration du district scolaire indépendant d’Aledo a fermement condamné cet incident à caractère raciste.

«Il n’y a pas de place pour le racisme ou la haine dans le district», indique le communiqué sur le site officiel du district en question, regroupant plus de 6.400 élèves. «L’utilisation d’un langage et le comportement offensants et radicalement racistes sont totalement inacceptables et interdits par la politique de notre district.»

Les responsables du district reconnaissent également avec tristesse que les lycéens visés par ces actes de harcèlement raciste en ligne ont éprouvé «une douleur énorme».

Les tensions dans la société US ne baissent pas

Les messages dans les groupes Snapchat du commerce des esclaves imaginaires étaient en même temps illustrés avec des images d’un pistolet, d’un policier blanc et d’un homme noir, poursuit le Washington Post. Ce qui établit une connexion de l’épisode à Aledo avec de multiples incidents de violences contre les minorités qui nourrissent les tensions dans la société des États-Unis.

Une série d’incidents de violences policières contre les minorités de couleur se sont produits régulièrement cette dernière année aux États-Unis et ont suscité une vague de manifestations publiques contre le racisme. Le symbole du mouvement anti-raciste Black Lives Matter est le procès de Derek Chauvin, le policier blanc accusé du meurtre de George Floyd l'an dernier.

Un des cas les plus récents est la mort du jeune Afro-Américain Daunte Wright, qui a été tué dimanche 11 avril près de Minneapolis par une agent de police lors d'un contrôle routier. 

La situation tendue n’a pas seulement renouvelé les débats publics sur l'histoire esclavagiste du pays, mais a aussi poussé le Congrès américain à faire sortir un projet de loi sur l'indemnisation des descendants des quelque quatre millions d'Africains réduits en esclavage aux États-Unis entre 1619 et 1865.

Lire aussi:

La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Une partie des autotests distribués par l’Éducation nationale affiche des indications contraires
Une journaliste d’Al Jazeera en direct près d’une tour à Gaza au moment où deux bombes la ciblent – vidéo
Tags:
minorités, violences policières, Snapchat, harcèlement, esclavage, violences, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook