Amérique du Nord
URL courte
Par
14358
S'abonner

Face au problème de l’immigration latino-américaine, Joe Biden a proposé une aide au développement de ces pays. Est-ce une bonne idée? Analyse de Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), au micro de Rachel Marsden.

Avant même que Joe Biden n’entre à la Maison-Blanche, il affirmait vouloir mettre en place un partenariat avec l’Amérique latine pour la stabilité et la sécurité, plus particulièrement avec l’Amérique centrale.

Lors de sa campagne, il avait noté sur son site web que le meilleur moyen de réduire l’immigration vers les États-Unis depuis la région était de s’attaquer aux causes profondes qui incitaient les gens à fuir leur pays. 

Un cas de pompier pyromane? Avec la crise des migrants qui sévit maintenant à la frontière américano-mexicaine, c’est devenu une priorité pour le 46e Président des États-Unis.

Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) sur les questions ibériques, explique que le problème remonte à la campagne présidentielle:

«Joe Biden est victime de sa campagne électorale. Il a voulu faire des gestes en direction des communautés d’origine latine, et en particulier mexicaine et centre-américaine qui ont le droit de vote aux États-Unis... Ces mesures ont bénéficié d’une grande couverture médiatique et ont provoqué un appel d’air. Il y a eu donc une interprétation différente qui a été faite de ces déclarations par les pays émetteurs de migrants. Ils ont interprété les propos du candidat Joe Biden comme une ouverture totale des frontières.»

En attendant, Joe Biden a envoyé des représentants au Mexique et au Guatemala pour demander à ces pays de contribuer à empêcher les migrants d’atteindre la frontière. Il envisagerait même de payer certains pays, voire de leur envoyer des vaccins contre le Covid-19 afin de les inciter à endiguer la vague de migrants. Cela suffira-t-il? Pour Jean-Jacques Kourliandsky, le problème ne réside pas dans le fait d’aider financièrement les pays d’où viennent les migrants:

«Joe Biden a annoncé 4 milliards de dollars pour l’aide au développement. Le problème qui se pose, c’est d’être certain que cette aide va arriver à destination. La justice américaine a inculpé un député du Honduras, frère du Président, lui-même impliqué dans une filière de trafic de stupéfiants. Le Président du Salvador fait voter les lois à la mitraillette… On se trouve dans des problèmes de faisabilité.»

Lire aussi:

Les mesures de restriction des activités reviennent en force malgré la campagne de vaccination
Un appel national à la grève lancé parmi les soignants pour s'opposer à l'obligation vaccinale
Les gangs de rue à l’assaut de Montréal: «La répression ne servira à rien»
Tags:
États-Unis, migrants, immigration, campagne présidentielle, Amérique latine, frontière, Joe Biden
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook