Amérique du Nord
URL courte
Par
9356
S'abonner

Vitaly Filiptchenko, natif de Sibérie, est candidat à la mairie de New York. Installé aux États-Unis depuis plus de dix ans, il souhaite représenter la population immigrée et défavorisée qui travaille dur pour s’en sortir.

Tel Robin des Bois, il souhaite défendre les plus défavorisés face aux riches. Vitaly Filiptchenko, né dans la ville sibérienne de Tomsk, a émigré aux États-Unis il y a plus de dix ans et a créé une petite société de déménagement. Ce Russe, qui bénéficie de la double nationalité, se présente désormais à la mairie de New York.

«Je me présente comme maire et je n'essaie pas d'en tirer profit. Beaucoup de gens se présentent juste pour se faire de la publicité, pour gagner de l'argent. Je suis une personne différente. Je suis, disons, comme Robin des Bois, c’est-à-dire que je veux aider les gens», plaide-t-il.

Il assure en effet que la majorité des autres candidats sont fortunés, certains ayant déjà travaillé auprès de la mairie.

Indiquant que «50% des New-Yorkais sont des immigrants», Vitaly Filiptchenko se veut le candidat de ceux qui «travaillent du matin au soir, essaient d’économiser de l’argent, de subvenir aux besoins de leur famille». «Pas seulement les immigrants russes, ils se reconnaissent tous en moi», affirme-t-il, ajoutant qu’il a «toujours voulu aider les faibles».

Proximité avec la police

En plus de gérer sa petite entreprise, M. Filiptchenko fait du bénévolat pour les services auxiliaires de la police. Il souhaite imposer un test au détecteur de mensonges pour les nouvelles recrues et propose de relever l’âge maximum pour pouvoir intégrer les forces de l’ordre.

«Si vous avez 36 ans, vous n'avez plus le droit de rejoindre les forces de police. Il faut supprimer cette restriction. Parce qu'il y a encore des personnes physiquement fortes à cet âge. Et mentalement, à cet âge, les gens ont déjà une expérience de la vie. Ils savent comment gérer les situations», défend-il.

Le candidat évoque ensuite les manifestations qui ont suivi l’assassinat de l’Afro-américain George Floyd, soulignant que Big Apple n’a pas été en mesure de faire face aux troubles. «À un certain moment, nous aurions dû simplement étouffer dans l'œuf tous ces pillages, ces vols, ces incendies criminels», poursuit-il, invitant à davantage de dialogue entre la police et les manifestants.

Candidature

Vitaly Filiptchenko reproche à la mairie de dépenser son budget de manière irrationnelle, et affirme qu’il est possible de mieux développer la ville pour moins d’argent. Bénéficiant d’une formation dans la construction et l’entretien des routes, il en a fait, avec les logements sociaux, les points forts de sa candidature.

Le Russo-américain devra d’abord passer par les élections préliminaires du 22 juin prochain, face à 34 concurrents, puis par l’élection générale du 2 novembre pour espérer détrôner le démocrate Bill de Blasio, récemment accablé par des accusations d'agressions sexuelles. Le Russe n’exclut pas non plus de revenir un jour à Tomsk et d’y devenir maire.

Lire aussi:

«Manie d’impunité» de l’UE: la Russie promet de réagir à toutes les sanctions
Bicentenaire de Napoléon: la commémoration franco-russe torpillée
Démocratie: davantage d’Allemands se méfient plus de Washington que de Moscou ou Pékin
Tags:
Tomsk, immigration, candidature, mairie, New York
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook