Amérique du Nord
URL courte
Par
287318
S'abonner

Plus de 130 diplomates, officiels, militaires et agents de renseignement américains en déplacement ont souffert de lésions cérébrales au cours des cinq dernières années, sans que les causes de ces affections soient établies, rapporte le New York Times.

Le Conseil de sécurité nationale (NSC) ainsi que la CIA mènent leurs enquêtes après que plus de 130 officiels américains ont souffert de migraines et d’hallucinations sensorielles inexplicables au cours des cinq dernières années.

D’après le New York Times, s’appuyant sur ses sources gouvernementales, parmi les victimes de ces maux mystérieux se trouvent des militaires en déplacement, des diplomates mais aussi des agents de la CIA, des officiels de la Maison-Blanche et du département d’État.

«Nous mobilisons les ressources du gouvernement américain pour élucider les causes de ces événements», a déclaré Emily J. Horne, porte-parole du NSC.

Une cellule de la CIA

La CIA a pris les événements au sérieux. L’agence de renseignement a monté une cellule pour réunir des informations sur le sujet, pointe le quotidien. En avril, le Congrès américain a demandé plus d’informations de la part de la CIA concernant ces cas. William Burns, directeur de la CIA, s’est engagé à rencontrer des victimes et leurs médecins chaque mois.

Au moins trois agents de la CIA ont de graves problèmes de santé depuis ces épisodes mystérieux qui sont intervenus lors de leur déplacement dans des pays étrangers, avance le quotidien. Le cas le plus récent a été enregistré il y a deux semaines. Le quotidien énumère «au moins» deux incidents ayant impliqué des employés de la Maison-Blanche et du Conseil de Sécurité nationale en 2019 et 2020.

Toujours selon le New York Times, des officiels américains ont subi ce genre d’attaques en Europe, mais aussi en Asie.

Les symptômes

Selon le Conseil national de sécurité, les personnes affectées éprouvent des «phénomènes sensoriels», par exemple, des sons, des pressions ou chaleur, ainsi que des symptômes physiques: vertiges soudains, nausées et douleurs à la tête ou au cou.

Certaines victimes présentent des symptômes et des douleurs chroniques potentiellement irréversibles, d’autres risquent de se suicider, avance le média.

Un cas étrange survenu à un carrefour routier

L’un des cas les plus récents, qui n’avait pas été rendu public jusqu’à présent, s’est passé en 2019 hors du pays, rapporte le quotidien en évoquant des sources proches de l’incident. Un militaire en service à l'étranger conduisait son véhicule vers une intersection, quand il a été pris par des nausées et des maux de tête. Son fils de deux ans, assis à l’arrière, s'est mis à pleurer. Après que l'officier s’est éloigné de l'intersection, sa nausée s’est interrompue et l'enfant a cessé de pleurer.

Tous deux ont subi un examen médical mais les causes de l’incident restent inexpliquées. Les autorités supposent que l’officier a été la cible de quelqu’un.

Qui en est le responsable?

L’administration Biden ainsi que celle de Trump ont du mal à trouver des responsables à ces «attaques». Selon le quotidien, certains officiels du Pentagone attribuent ce genre d’actions à la Russie, mais officiellement aucun pays ou organisation n'est évoqué concernant ces événements.

«Pour l'instant, nous n'avons aucune information définitive sur la cause de ces incidents, et il est prématuré et irresponsable de spéculer», a déclaré Amanda J. Schoch, porte-parole du Bureau du directeur du renseignement national (DNI).
«Syndrome de La Havane»

Ce n’est pas la première fois que les Américains évoquent de mystérieuses attaques sur leurs diplomates et officiels présents dans des pays tiers.

En décembre 2020, l’Académie des sciences américaine a rendu public un rapport sur des phénomènes connus sous le nom de «syndrome de La Havane». Entre 2016 et 2018 à Cuba, une cinquantaine de diplomates américains et canadiens, ainsi que des membres de leurs familles, ont souffert de fortes migraines, d’acouphènes, de troubles visuels et cognitifs ou de problèmes d’équilibre et de vertiges.

Certains experts y ont vu des attaques acoustiques, d’autres ont évoqué l’effet d’un pesticide utilisé pour détruire les moustiques porteurs du virus Zika ou des troubles psychologiques.

Dans son rapport, l’Académie a indiqué que le mécanisme le plus plausible expliquant ces phénomènes, était une «énergie de radiofréquence dirigée et pulsée», sans désigner des responsables de ces actions.

Lire aussi:

Les Républicains en tête des régionales en France, devant le RN et la gauche, selon des estimations
Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
Orage dans le Doubs: des grêlons géants brisent tout – photos
Tags:
Maison blanche, lésion cérébrale, militaires, diplomates, CIA
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook