Amérique latine
URL courte
Par
668
S'abonner

L’annulation des condamnations qui avaient écarté l’ancien Président brésilien Lula Da Silva de la vie politique lui permettra-t-elle de revenir sur la scène pour le prochain scrutin? Décryptage de Jean-Louis Martin, économiste spécialiste de l’Amérique latine, pour le Désordre mondial.

Est-ce le début de la fin pour le Président brésilien Jair Bolsonaro? Une décision de justice va permettre à l’ancien Président Lula Da Silva, qui a occupé le poste entre 2002 et 2006, de se présenter à nouveau lors des prochaines présidentielles en 2022.

Alors qu’il avait été condamné pour corruption, Lula a vu son jugement annulé pour vice de forme. Il a surtout profité de la considérable médiatisation de cette décision pour déclarer publiquement que «la planète est ronde… et Bolsonaro ne le sait pas», en référence à ce qu’il a décrit comme la mauvaise gestion de la pandémie de Covid-19 par l’actuel Président. Bolsonaro, pour sa part, a accusé Da Silva de politiser la crise sanitaire.

Mais ce dernier va-t-il se présenter à nouveau lors des prochaines présidentielles? Qu’est-ce que cela signifierait pour l’avenir de l’Amérique latine et ses relations avec le reste du monde, elle qui semble prise en étau entre les sphères orientale et occidentale? 

Jean-Louis Martin, économiste qui a travaillé dans le secteur bancaire en Afrique, Asie, et Amérique latine, explique que la pente risque d’être difficile à remonter pour l’ancien Président:

«Le pouvoir actuel et une bonne partie des médias brésiliens se sont sans doute déjà lancés à la recherche d’affaires qui pourraient l’encombrer s’il se présentait à l’élection présidentielle de 2022. De nouvelles accusations vont certainement émerger. Pour l’empêcher de se présenter, il faudra que ces accusations se traduisent par un processus judiciaire et des juges peuvent prendre l’initiative d’une procédure pour lui barrer la route.»

La presse brésilienne peut-elle jouer un rôle dans le retour de Lula? Pour Jean-Louis Martin, son impact sur l’opinion publique dépend du média:

«Le média qui est décisif c’est la télévision. Et la télévision au Brésil, c’est principalement Tele Globo et d’autres télévisions contrôlées par les évangélistes. Dans les deux cas, ce sont deux acteurs tout à fait contre Lula et pro-Bolsonaro. La presse écrite, elle, est plus diversifiée.»

Lire aussi:

La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
Cas de thrombose: les USA préconisent une pause dans l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson
Des millions de voitures pourraient être prochainement exclues de la circulation dans les grandes villes de France
Tags:
prison, procès, politique, Jeanine Anez, Jair Bolsonaro, Luiz Inacio Lula da Silva, élection présidentielle, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook