International
© Sputnik. Alexei Danichev

Washington réagit à la décision russe de livrer des S-300 à la Syrie

URL courte
Livraison de S-300 russes à la Syrie

Tandis que la Défense russe a annoncé compter livrer des systèmes antiaériens S-300 à Damas, Washington a affirmé y voir une «escalade» dans la région, a déclaré lundi John Bolton, conseiller à la sécurité nationale du Président américain.

Le conseiller à la sécurité nationale du Président américain, John Bolton, a annoncé que les États-Unis n'appréciaient pas la décision russe de livrer des systèmes de défense aérienne S-300 à la Syrie.

«Nous pensons que l'introduction de S-300 au gouvernement syrien constituera une escalade significative de la part des Russes», a affirmé M.Bolton. «Nous espérons que, si ces articles de presse sont fiables, ils reconsidéreront [cette décision de livraison, ndlr]».

En même temps, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a annoncé qu'il allait aborder ce sujet lors de son entrevue avec son homologue russe Sergueï Lavrov en marge de l'Assemblée nationale des Nations unies.

La Russie livrera d'ici 15 jours des systèmes antiaériens S-300 à l'armée syrienne afin de renforcer ses capacités de combat dans le cadre du drame de l'avion russe Il-20, a déclaré lundi le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou.

Le 17 septembre, la défense antiaérienne syrienne a ciblé par erreur un Il-20 russe avec 15 militaires à son bord. L'appareil se dirigeait vers la base aérienne de Hmeimim et a été abattu à 35 km des côtes syriennes. Le crash de l'avion a coïncidé avec un raid israélien contre la Syrie. La Russie accuse les pilotes israéliens d'avoir utilisé l'Il-20 comme couverture pour échapper aux missiles syriens.

Israël n'est pas d'accord avec cette dernière affirmation. Selon lui, au moment du crash, les avions israéliens ayant attaqué la Syrie se trouvaient déjà dans l'espace aérien de leur pays, et les missiles syriens, dont un a frappé l'Il-20, partaient irrégulièrement et n'étaient pas ciblés.