International
CC BY 2.0 / Bikash R Das / Dassault Rafale

Un escadron indien de Rafale serait basé près de la frontière chinoise

URL courte
S'abonner

L’Inde déploiera une partie de ses avions de combat Rafale achetés à la France non loin du territoire chinois, affirme l’agence Asian News International (ANI).

Les Rafale, qui seront prochainement livrés à l’Inde conformément à un contrat avec la France, seront déployés dans deux bases dont l’une est celle de Hasimara, la plus proche de la Chine, a annoncé l’agence Asian News International (ANI) citant des sources au sein de la Force aérienne indienne (IAF).

«La première unité à recevoir des avions Rafale serait le 17e escadron, cantonné auparavant à Bhatinda, dans le Pendjab, et qui sera désormais transféré à Ambala, dans l'État de Haryana», alors qu’un autre groupe de Rafale sera basé à Hasimara, dans le Bengale occidental, non loin de la région autonome du Tibet et du Bhoutan, d’après l’ANI.

Le 17e escadron, connu sous le nom de Golden Arrows, était commandé par le maréchal Birender Singh Dhanoa, actuellement commandant en chef de l'IAF, lors du conflit indo-pakistanais de Kargil dans le Cachemire, en 1999.

L’armée indienne compte réceptionner ses premiers Rafale en septembre 2019. Mais ces avions devront passer au moins 1.500 heures d’essais intenses et la livraison des quatre premiers Rafale à Ambala est donc prévue d’ici mai 2020, précise l’agence.

Au début de 2017, le journal indien Business Standard évoquait le déploiement des premiers Rafale indiens à la base aérienne de Sarsawa, située dans l’Uttar Pradesh, dans le nord du pays. Mais cette base n’a toujours pas réglé certains problèmes concernant l’acquisition de terres destinées à accueillir les Rafale, note l’ANI.

New Delhi a signé en septembre 2016 un accord avec le gouvernement français et Dassault Aviation portant sur l'acquisition de 36 avions Rafale pour un montant de près de huit milliards d'euros afin de renforcer la Force aérienne indienne (IAF). Le contrat signé au terme d'un an et demi de rudes négociations entre Paris et New Delhi, a provoqué un tollé politique en Inde, l'opposition accusant le gouvernement de Narendra Modi d'avoir favorisé le conglomérat privé d'un industriel présumé proche du Premier ministre au détriment de l'entreprise publique Hindustan Aeronautics Limited (HAL).

Les opposants ont à plusieurs reprises demandé aux autorités de rendre publics les détails du contrat qui représente la plus grosse commande à l'exportation pour les Rafale du constructeur Dassault. Les détracteurs de l’accord dénoncent en outre un préjudice important porté à la sécurité nationale. En effet, l’IAF avait besoin de 126 avions, mais le pays ne pouvait s'offrir que 36 Rafale.