Ecoutez Radio Sputnik
    Nouvelles adresses de la coopération russe en Afrique au sud du Sahara

    Nouvelles adresses de la coopération russe en Afrique au sud du Sahara

    Analyse
    URL courte
    0 2 0 0

    Alexeï Grigoriev vous propose son article « Nouvelles adresses de la coopération russe en Afrique au sud du Sahara ». L'animateur du programme attend vos échos sur son courriel yazon@ruvr.ru


     

    Une de ces nouvelles adresses  de la  coopération russe  en Afrique au sud du Sahara  - c'est la république de Botswana.   Une telle conclusion  peut être faite suivant les résultats du   dernier forum russo-botswanais d'investissements à Moscou,  à propos, le premier depuis quarante ans des relations diplomatiques entre nos deux pays.   Il  est  caractéristique   que l'initiative de la tenue de ce forum  appartienne   à  l'organisation botswanaise du développement de l'exportation et des investissements,   qui a envoyé    à Moscou la délégation des personnalités officielles et des hommes d'affaires du pays, avec la ministre du commerce et de  l'industrie de la république     Madame  Dorcas Makgato-Malesu  à la tête.  Cette initiative était accueillie  avec satisfaction par le Ministère des Affaires étrangères et la Chambre de commerce et d'industrie de   Russie qui  ont  invité au forum des représentants de la communauté d'affaires  -   de Moscou et  de plusieurs régions russes. Il faut dire honnêtement, -  poursuit Alexeï Grigoriev, - que  parmi plus  de quarante pays d'Afrique  subsaharienne,   le Botswana  n'est pas  l'État   le    mieux  connu en Russie. Mais cependant, il est l'un de ceux  qui se  développent   de façon la  plus dynamique parmi   des pays de la région. Le revenu par habitant  -  6000 dollars -   un des plus hauts  en Afrique - en dit long sur le niveau du développement économique du pays. Entre  temps,   la situation politique stable ajoute au Botswana   un attrait,  c'est  un  facteur   qui rend favorable  le  climat d'investissements.   D'autre part,  le pays a besoin des partenaires étrangers  qui l'aideraient à créer  une industrie moderne et à résoudre  les problèmes sociaux. De sorte que la sortie sur la scène  russe des affaires d'un tel pays,  prometteur de plusieurs points de vue,   ne pouvait pas passer inaperçue.  Donc,     à l'hôtel de la capitale russe  «  Renaissance Moscou »,  se sont  réunis  des représentants     de plus de 60 compagnies de différentes régions de  Russie.

    Le Directeur du département de la coopération internationale  de la Chambre de Commerce et d'Industrie  Sergei Vasiliev  a fait une  allocution de bienvenue aux  membres  du forum.   Ayant remercié les collègues botswanais  pour l'initiative de l'organisation d'une telle rencontre, Sergei Vasiliev a exprimé l'espoir que la visite de la délégation si représentative des milieux d'affaires de ce pays en Russie   pouvait   être considérée  également comme la réaction à l'activité du Comité de coordination créé il y a une année à Moscou pour promouvoir  la coopération économique avec les pays d'Afrique  au  sud du Sahara.

    A vrai dire,  il faut reconnaître  que cette activité  appartient  pour le moment au  Botswana et son Agence du développement et des investissements, -  a noté Sergei Vasiliev, - mais, comme on dit dans le tennis, le ballon est  maintenant sur notre partie, c'est pourquoi une de nos  dettes  devant Botswana, c'est de  penser comment organiser  notre  visite dans    ce pays, celle  de la délégation de la communauté d'affaires de   Russie,  pour indiquer les sphères mutuellement avantageux, je le souligne -  un  partenariat mutuellement avantageux d'affaires.   Botswana possède  un  très grand potentiel du développement et le business russe doit profiter    de l'attitude  bienveillante   envers la Russie du côté du gouvernement de ce pays et  répondre dignement à ces souhaits de la coopération, dont  il s'agira  pendant  ce forum.

    Des rapports  détaillés sur l'état et les perspectives de l'économie du Botswana, sur l'attrait de sa politique d'investissements   étaient présentés par Mme. Opening Address, ambassadrice  du Botswana en Russie,  la ministre du commerce et l'industrie Mme. Dorcas Makgato-Malesu et le directeur général du Botswana Export Development et Investment Authority, Jakob Nkate.     Roman Panov, le codirecteur russe de la compagnie«Tati Nickel»,   filiale   de la grosse corporation "Nord-nickel",  a  parlé de l'expérience de la gestion des affaires  au   Botswana.     Le forum s'est achevé par la session traditionnelle des questions-réponses,  lorsque    les représentants du  Botswana répondaient aux questions des participants russes de la rencontre. On a signé  les premiers accords sur les intentions.

    L'autre direction,   très prometteuse    pour l'élargissement de la présence économique de la Russie en Afrique  au  sud du Sahara - c'est la République démocratique du Congo. Un des plus grands États du continent dispose d'un potentiel naturel incroyablement immense du développement et  des ressources naturelles  les plus riches. En même temps,  l'instabilité politique - la lutte des clans pour le pouvoir, les menaces du séparatisme, la tension sociale, les guerres civiles et les conflits armés engendrés par l'hostilité interethnique - tout cela effarouchait    les investisseurs potentiels.  D'ailleurs,  depuis les dernières   années, les autorités   de la république démocratique  du Congo   ont démontré leur  capacité  de faire retrouver   un cours normal  à la situation dans le  pays.    On peut lui   prédire  un  bon avenir.  A propos, il y a deux ans, à l'initiative  de Kinshasa,  à Moscou  a eu lieu   le premier forum économique russo-congolais, qui a démontré le désir ferme des milieux d'affaires,  officiels et privés de Congo, de  mettre au point    la coopération économique et  financière avec la Russie. Et voici  une réponse :    Du 24 au 26 mai 2010,  Kinshasa reçoit un Forum de business russo-congolais dont les inspirateurs et organisateurs sont Compagnie d'investissement et de Financement METROPOL, la Chambre de Commerce de la Russie en association avec le Comité de coordination économique avec les pays de l'Afrique subsaharienne. La délégation russe comprendrait les représentants de la Douma d'Etat (Chambre basse du Parlement russe), du Conseil de la Fédération (chambre haute), de l'Administration du Président et de celle du Premier-ministre russe. Dans le cadre du Forum est prévu la visite de la délégation russe à Brazzaville (République du Congo) afin d'étudier le climat d'investissement et mener des pourparlers avec les sociétés congolaises. A Kinshasa comme à Brazzaville,  sont prévues  les audiences auprès de Joseph Kabila, Président de la République Démocratique du Congo et Denis Sassou-Nguesso, son homologue de la République du Congo.  Nous vous parlerons  des bilans de  ces rencontres  après le retour  de la délégation russe à Moscou  dans notre programme  « Gros plan sur l'Afrique ».

    Lire aussi:

    Un séisme de magnitude 6,5 frappe le Botswana
    Le Forum oriental, occasion pour la Russie de resserrer ses liens avec l’Asie-Pacifique
    SPIEF: l’économie globale en quête d’un nouveau point d’équilibre
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik