Ecoutez Radio Sputnik
    Analyse

    Dégel a Strasbourg

    Analyse
    URL courte
    0 0 0 0

    L'Assemblée parlementaire du Consel de l'Europe vient d'approuver à l'unanimité la résolution sur la situation des droits de l'homme au Caucase du Nord fondée sur un rapport du parlementaire suisse Dick Marty.


    L'Assemblée parlementaire du Consel de l'Europe vient d'approuver à l'unanimité la résolution sur la situation des droits de l'homme au Caucase du Nord fondée sur un rapport du parlementaire suisse Dick Marty. Tout en enregistrant «un progrès impressionnant» dans la restauration des villes et das la renaissance et le perfectionnement de l'infrastructure locale le texte constate que le problème des droits de l'homme dans le Caucase du Nord constitue « la situation la plus sérieuse et la plus délicate» de tous les pays du Conseil de l'Europe. L'Assemblée a fait part de « sa compassion et sa solidarité » à l'égard des familles des victimes d'attentats terroristes. Elle a exhorté la Russie à combattre le terrorisme dans le Caucase du Nord « dans le respect des droits fondamentaux et des règles de la prééminence du droit » en suivant l'exemple d'autres pays qui ont dû faire face à ce fléau et en collaborant plus étroitement avec les ONG locales et le Conseil de l'Europe.

    Le contenu critique de ce document n'a rien de surprenant dans la mesure où toutes les résolutions précédentes sur la situation au Caucase du Nord que l'APCE avait adoptées depuis les quatorze dernières années étaient non moins sévères à l'égard des autorités de la Russie. Par contre le fait que cette résolution ait été votée à l'unanimité signifie que la délégation russe n'a trouvé rien à y redire et cela pour la première fois pendant cette période.

    Au contraire, cette fois Constantin Kossatchev, chef de la délégation russe à l'APCE, a déclaré qu'il est d'accord avec bon nombre de faits exposés dans ce document, tandis que le sénateur russe Alexandre Potchinok a reconnu que le texte de la résolution traduit fidélement la réalité et que les infractions qu'on reproche à la Russie sont indiscutables.

    A mon avis cette attitude de la délégation russe s'inscrit de manière évidente dans cette atmosphère de confiance croissante qui caractérise ces derniers mois les relations entre l'Europe et la Russie. Mais il y a un autre détail qui confirme cette impression. Le comité de monitoring de l'APCE se penchera aujourd'hui sur le dossier russo-géorgien pour décider s'il doit le clore ou non. Or indépendamment du jugement qu'on peut porter sur les antécédants du conflit russo-géorgien il est clair que la clôture de ce dossier tirera une épine du pied de Moscou. Dans cette situation la délégation russe aurait pu être tentée de marchander son vote de mardi pour le troquer contre l'annulation du dossier russo-géorgien. Et si elle ne l'a pas fait c'est certainement parce qu'elle fait confiance au bon sens de ses partenaires de l'APCE qui lui rendent visiblement la pareille.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik