Ecoutez Radio Sputnik
    Analyse

    Un post-scriptum optimiste

    Analyse
    URL courte
    0 0 0 0

    Il y a quelques jours j'ai fait sur les ondes de la Voix de la Russie un commentaire sur le bilan du Forum économique international qui s'est tenu la semaine passée à Saint-Pétersbourg.


    Il y a quelques jours j'ai fait sur les ondes de la Voix de la Russie un commentaire sur le bilan du Forum économique international qui s'est tenu la semaine passée à Saint-Pétersbourg. Cette réunion est devenue une manifestation tangible du climat de solidarité et de confiance qui s'installe ces derniers temps entre la Russie et l'Occident et avant tout entre la Russie et l'Europe dans le domaine économique.

    Il est clair pourtant que ce phénomène aurait été impensable sans un rapprochement russo-européen en matière de politique internationale. Or, pendant ces quelques derniers jours l'actualité a apporté certains faits qui semblent justifier mon optimisme. D'où ce post-scriptum à mon commentaire précédent sur la Forum de Saint-Pétersbourg.

    Hier j'ai eu l'occasion de noter la confiance mutuelle dont la Russie et les pays européens ont fait preuve à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe en votant à l'unanimité une résolution sur la situation des droits de l'homme au Caucase du Nord pourtant très critique vis-à-vis des autorités russes.

    Toujours hier Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, a invitée l'Union européenne à participer à la mission de paix en Transnistrie séparatiste, ce qui permettrait, le cas échéant, de mieux contrôler la situation dans cette région instable de l'Europe. Inutile de préciser qu'une telle participation prévoit une étroite coopération entre les militaires russes et européens.

    D'autre part, William Burns, sous-secrétaire d'Etat américain chargé des affaires politiques, vient d'apporter un témoignage objectif de la solidarité russo-européenne dans le problème des éventuelles sanctions unilatérales des Etats-Unis contre l'Iran. «La Russie exprime de manière aussi conséquente que claire sa préoccupation au sujet de toutes les mesures sortant des limites imposées par la résolution du Conseil de Sécurité de l'ONU», a précisé M. Burns pour ajouter que l'Europe partage entièrement cette inquiétude et s'élève tout comme la Russie contre toute tentative de Washington de procéder à des sanctions unilatérales contre les compagnies étrangères opérant en Iran. On ne peut que se réjouir du fait que M. Burns appelle les membres du Congrès américain à prêter une oreille attentive à cette position solidaire de l'Europe et de la Russie.

    Et pour compléter le tableau je citerai Jerzy Buzek, président du Parlement européen, qui en visite cette semaine à Moscou a déclaré qu'il faut dès maintenant entreprendre des pas concrets susceptibles de mener avec une rapidité maximale vers l'abolition du régime de visas entre l'Europe et la Russie.

    Vous ne trouvez pas que ce tableau est assez convainquant dans son ensemble?

    Lire aussi:

    L’Union européenne doit relancer le dialogue avec la Russie
    La réponse de l’UE aux sanctions antirusses, c’est une question «d’honneur politique»
    Juncker: «l'Amérique en première» ne signifie que l'Europe doit passer en dernier
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik