Ecoutez Radio Sputnik
    Les leçons de Fukushima

    Les leçons de Fukushima

    Photo: EPA
    Analyse
    URL courte
    0 1 0 0

    Pendant que les secouristes japonais s’efforcent de stabiliser la situation à la centrale de Fukushima et de minimiser les conséquences graves, le monde entier s’efforce à tirer toutes les  leçons de cette tragédie. À la suite du Sommet du G8 à Deauville, où la sûreté nucléaire est devenue l’un des thèmes principaux, un séminaire ministériel se déroule à Paris ce mardi. C’était le président de la France Nicola Sarkozy qui a lancé l’initiative de ce forum afin de poursuivre la coopération internationale. Les ministres de 37 pays sous la direction de Nathalie Kosciusko-Morizet, la ministre française de l’Ecologie discuteront des mesures globales qui devraient être prises pour éviter des catastrophes nucléaires comme celle de Fukushima. Quelques installations qui ont été crée dans le cadre d’études spéciales seront présentées pour la presse. Comme, par exemple, l’enceinte conçue pour tester les différentes conséquences d’un relâchement d’hydrogène ou une plateforme permettant de tester la résistance de certains équipements au risque sismique.

    Mercredi l’estafette va être prise par le forum organisé par le Conseil national sur l'énergie atomique et aussi dédie à l’accident de Fukushima. Egalement dans un but d’échange d’expérience les différents participants vont donner leurs points de vue sur les problèmes concernant les centrales nucléaires. Néanmoins on pourrait qualifier ces deux conférences de répétition générale avant le grand sommet patronné par l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA), qui se déroulera à Vienne du 20 au 24 juin prochains.

    Mais il reste probable qu’une réunion encore plus importante concernant l’énergie nucléaire soit tenue à Paris cette semaine, en effet le ministre de l’Energie français Eric Besson a appelé à un débat européen sur la décision de l’Allemagne à sortir du nucléaire. Sept centrales nucléaires allemandes, les plus vieilles ont déjà été fermées définitivement, et on prévoit la fermeture du dernier des 17 réacteurs d’ici 2022. Cette décision bouleverse la France traditionnel importateur d’énergie allemande, elle craint que l’électricité dont elle a besoin en périodes compliquées, comme pendant les froids hivernaux ou les sécheresses estivales, ne sera plus disponible en Allemagne. Le mouvement inverse va aussi changer, les exportations d’électricité de la France vers l’Allemagne vont aussi augmenter, on a déjà noté une augmentation en avril de 43% par rapport à avril dernier.

    Il faut noter que les centrales nucléaires allemandes produisaient 23% de l’électricité nationale. Mais les décisions prises par les voisins de la France peuvent avoir des répercutions européennes. La France a une position opposée à celle de l’Allemagne concernant ce sujet, les politiciens français supportés par le président Sarkozy ont manifesté leur confiance en l’énergie nucléaire. Tandis que selon les derniers sondages près de 77% des citoyens français sont opposés à cette position. Le décret de l’Allemagne a été salué par Moscou, Gazprom a déclaré qu’il est en mesure d’importer en Europe autant de gaz qu’il faut.

    Lire aussi:

    Et qu'arriverait-il si un avion s'écrasait sur une centrale nucléaire?
    La Russie est opposée à l'implication de l'AIEA dans le processus de désarmement nucléaire
    Vers une coopération nucléaire entre la Russie et le Japon?
    Un accord russo-indien sur la construction de Kudankulam-3 signé
    Des chercheurs russes mettent au point une installation anti-catastrophe nucléaire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik