Ecoutez Radio Sputnik
    «Mars 500»: conférence de presse des marsonautes

    «Mars 500»: conférence de presse des marsonautes

    Photo: RIA Novosti
    Analyse
    URL courte
    0 0 0

    Une conférence de presse des initiateurs du projet «Mars 500» était organisée le 8 novembre à l’agence RIA Novosti. L’équipage international, composé de trois Russes, un Français, un Italien et un Chinois a terminé l’expédition. Notre correspondant Igor Yazon a assisté à la conférence de presse et s'est entretenu notamment avec le marsonaute français, Romain Charles.


    Le projet «Mars 500», c'est toute une série d’expérimentations imitant les aspects essentiels d’un vol piloté vers la Planète rouge. Pour réaliser ce projet, un complexe autonome avec des modules expérimentaux, d'habitation et de débarquement, un entrepôt, une mini-orangerie et un module imitant la surface de Mars ont été aménagé à l’Institut des problèmes médico-biologiques de l’Académie des sciences de Russie. Le 3 juin 2010, l’équipage de marsonautes y est entrée pour effectuer un «vol» de 250 jours vers Mars, effectuer un séjour de 20 jours sur la Planète rouge, et regagner la Terre pendant encore 240 jours. Le 4 novembre l'expédition imitant un voyage spatial de plus de 100 millions de kilomètres s’est terminée. Les initiateurs du projet et son équipage ont donné leur première conférence de presse.

    DiaporamaLes participants à la mission «Mars 500» sont retournés sur Terre

    Le directeur de l’Institut des problèmes médico-biologiques l’académicien Igor Ouchakov a dit en ouvrant la conférence : 

    «Nous sommes heureux de terminer l’expérimentation», a expliqué l'académicien Igor Ouchakov, directeur de l’Institut des problèmes médico-biologiques en ouverture de la conférence de presse. «Notre Institut a initié ce projet conjointement avec l’Agence spatiale russe et d’autres institutions et départements de la Fédération de Russie, ainsi qu’avec nos partenaires internationaux en Europe, aux Etats-Unis et en Asie. Nous sommes contents que les expériences principales se soient terminées. Je voudrais ajouter que le projet n’est pas terminé et nous surveillons la santé des membres de notre équipage, conscients de notre responsabilité en ce qui concerne les éventuelles conséquences éloignées. Personne ne se trouvait jusqu'ici isolé pendant un délai aussi prolongé, les participants au projet sont donc pionniers dans ce domaine. L’examen des données permettra sans aucun doute de faire progresser les recherches dans le domaine de la médecine et la physiologie spatiale. Nous sommes reconnaissants à tous les membres de l’équipage du projet «Mars 500» pour leur contribution importante dans le développement de l’aérospatiale mondiale, car ils ont rapproché l’époque des vols interplanétaires pilotés». 

    L’académicien a remis au son des applaudissements aux membres de l’équipage la distinction de la Fédération de Russie «Pilote d’essai émérite de l’équipement spatial». «Cette distinction n’est décernée qu’aux pilotes ayant essayé les récents développements en la matière», a dit Igor Ouchakov… Le Français Cyrille Fournier, qui a participé à une expérience analogue de 105 jours, engagée en 2009 à l’Institut des problèmes médico-biologiques a également obtenu cette distinction. Aujourd’hui Cyrille Fournier est pilote de ligne sur les avions А-320. Notre correspondant s’est entretenu avec lui à la conférence de presse.

    Qu’est-ce qui a été l’essentiel dans le projet ?

    «L’homme a focalisé notre attention dans ce projet. L'homme, et son travail dans les conditions des vols interplanétaires», explique le pilote-cosmonaute russe Boris Moroukov, directeur du projet «Mars 500» et vice-directeur de l’Institut des problèmes médico-biologiques pour la science. «L’autonomie, l’impossibilité de combler les ressources, la spécificité des communications. L’équipage a travaillé indépendamment lorsqu’il fallait adopter les décisions non nominales. C’est un travail très délicat qu’il a exécuté lors du débarquement sur la surface conventionnelle de Mars. Il s'agissait des actions concrètes. A mon avis, les résultats tant positifs que négatifs seront appliqués lors de l’élaboration du projet de vol réel, dans la construction de l’équipement, tenant compte des critères médico-biologiques concrets. Nous avons obtenu d’excellents résultats dans ce domaine. L’expérimentation a suscité un immense intérêt pour les problèmes des vols interplanétaires au niveau des gouvernements et de la société. De multiples publications dans les médias pendant une année et demie ont soutenu tous les initiateurs du projet et l’équipage. Ils aideront l’administration de notre pays et nos partenaires à adopter des décisions correctes en vue de promouvoir l’aérospatiale pilotée, les vols interplanétaires».   

    La partie officielle de la conférence de presse consacrée au projet «Mars 500» s’est terminée et les journalistes russes et étrangers ont interviewé chacun des six membres de l’équipage international. Notre correspondant a adressé ses questions au marsonaute français Romain Charles.

    Lire aussi:

    Quels seront les défis des premiers colonisateurs de Mars?
    USA et Russie collaborent pour lancer un biosatellite
    L’espace, pour toujours: ces jeunes femmes russes préparent leur aller simple vers Mars
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik