Ecoutez Radio Sputnik
    La France va-t-elle vraiment perdre son triple A ?

    La France va-t-elle vraiment perdre son triple A ?

    Photo: EPA
    Analyse
    URL courte
    0 0 0

    Les agences de notation surveillent de près les pays de la zone euro. La France est sur la sellette et la note souveraine du pays risque prochainement d’être dégradée de deux crans.

    Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé a déclaré dans un entretien jeudi que la perte du “triple A” pour la France «ne serait pas une bonne nouvelle, mais ne serait pas un cataclysme non plus». Les agences de notation ont dit qu'elles réévaluaient actuellement les États de la zone euro.

    Une difficulté surmontable

    Le gouvernement de François Fillon semble désormais préparer les Français à la dégradation de la note de leur dette souveraine. Pour ce faire, le gouvernement multiplie les annonces qui visent à minimiser l’importance d’une hypothèse naguère présentée comme catastrophique.

    Le président Nicolas Sarkozy a donné le ton, lundi dernier, dans un entretien avec le Monde, assurant que «ce serait une difficulté de plus, mais pas insurmontable».

    Le 5 décembre dernier, Standard & Poor's (S&P) a placé le triple A français sous «surveillance négative». c'est également le cas pour treize autres pays de la zone euro, dont l’Allemagne. En clair l’agence de notation envisage d’abaisser la note française dans les prochaines heures ou dans les prochains jours. 

    La France se singularise en étant la seule à être menacée de perdre directement deux crans de sa note. D’après le Point, l’agence a annoncé qu'elle ne tarderait pas à rendre son verdict, tirant ses conclusions du sommet de Bruxelles de la semaine dernière, qui ne semble pas l'avoir convaincue, pas plus que ses consœurs Moody's et Fitch.

    Des mesures d'austérité insuffisantes

    Les membres de la zone euro ont tenté de rassurer les marchés en adoptant des mesures d'austérité et en promettant de signer un nouveau «pacte fiscal» en mars 2012 pour plus de discipline budgétaire.

    Beaucoup de commentateurs estiment que ces mesures sont insuffisantes pour contrebalancer le poids de la dette de certains pays comme la Grèce ou l'Italie.

    Selon le Parisien, tandis que tous étaient focalisés sur les rumeurs grandissantes concernant les dégradations de notes, les Bourses européennes ont toutes clôturé à baisse mercredi.

    Pourtant, celles-ci avaient d’abord été dopées par les mesures des banques centrales, mais elles ont toutes fini en fort repli. Paris a cédé 3,33%, Francfort, 1,72%, Milan 2,84% et Madrid, 1,75%. Les valeurs financières ont une fois de plus été malmenées.

    Enfin pour la première fois depuis janvier 2011, l’euro a dégringolé sous le seuil de 1,30 dollar pour un euro. 

    Lire aussi:

    La fin de l’euro est-elle donc toute proche?
    Euro pour toute l’UE: une idée «complètement déconnectée des réalités»
    Selon Macron, l’Allemagne «bénéficie des dysfonctionnements de la zone euro»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik