Ecoutez Radio Sputnik
    Le Musée du Concombre

    Le Musée du Concombre

    Analyse
    URL courte
    0 0 0

    Le musée le plus vert de notre pays est le Musée du Concombre dans la ville de Loukhovitsy, située à 135 km vers le sud-est de Moscou. Les concombres à Loukhovitsy — ce ne sont pas tout simplement des légumes.

    Le musée le plus vert de notre pays est le Musée du Concombre dans la ville de Loukhovitsy, située à 135 km vers le sud-est de Moscou.

    Les concombres à Loukhovitsy — ce ne sont pas tout simplement des légumes. C'est le patrimoine national et l'objet pour la fierté, et du point de vue économique — la marque la mieux connue qui rend la ville et ses alentours très populaires parmi ceux qui aiment croquer un cornichon frai.

    L’importance de Loukhovitsy comme capitale des concombres est soutenue par tous les moyens. Et non seulement avec l'aide de la récolte annuelle abondante. Il y a quelques années, on y avait  érigé le monument au «Concombre-soutien de la  famille», à présent, il est connu  dans la région. L'année passée, on a commencé à organiser des festivals du concombre. À Loukhovitsy,  un vrai «Musée du concombre» est apparu. 

    Photo: www.luxogurchik.ru

    L’emplacement pour le musée était choisi dans le village de Souchkovo situé non loin de la ville — au beau milieu du royaume du concombre. Le bâtiment, où s'est installé le musée du concombre, est  ancien — il était construit à la fin du XIX siècle. Avant la révolution, il y avait  là  une école, ensuite — le club du village. Pendant longtemps, le  bâtiment se trouvait dans un état  avarié, mais il a été remis en bon état pour la réalisation de l’idée originale et maintenant il s'appelle «l'établissement culturel municipal «Club dans la rue Pouchkine».

    Lorsqu’on entre dans la salle d'exposition du musée, l’unique pour le moment, on a devant les yeux une plate-bande pleine de concombres! Seulement, on ne comprend pas tout de suite pourquoi  elle est recouverte  d’une double couche de film plastique.

    «On nous demande pourquoi c’est ainsi, — a raconté dans une interview Lioudmila Belycheva, président du Conseil des députés de l'établissement municipal de Loukhovitsy et un des initiateurs de la création du musée. — Le fait est qu'à Loukhovitsy, il existe une technologie spécifique de la culture des concombres. Ici, nous avons tenté de la montrer. Donc, le foin est mis sur le sol, ainsi se fait «un matelas protégeant contre le froid». On y met les plants, et tout cela se ferme par une double couche de film. L’effet du thermos apparait qui contribue beaucoup à la croissance des concombres. Voici, c’est notre savoir-faire. À propos, le moyen  utilisé pour la culture des concombres, ce sont exceptionnellement les plants. Les graines sont ensemencées dès le mois de février, et en avril-mai, on repique dans la terre les plants».

    À côté de la plate-bande, on a reconstitué une pièce d’une vieille isba russe avec un vrai four, des fourches, des paillassons couverts de peinture et d'autres attributs de la vie quotidienne rurale.
     
    Au mur, dans le musée, pend la nature-morte personnifiant les traditions de la ville — l'assiette pleine de concombres sur l'appui de la fenêtre, et derrière la fenêtre, on voit le modèle de l'avion grandeur nature — encore un objet de fierté soulignant les acquis de la ville.

    Un rayonnage dans la salle d'exposition est consacré à l'information utile sur les concombres — ici,  il y a les revues et les livres expliquant comment les cultiver, les protéger, il y a aussi des recettes anciennes et modernes du salage des concombres. Les concombres sont mis dans des bocaux. On prépare  la saumure avec du sel et des épices,  on en recouvre les concombres et  puis ils sont placés dans un endroit bien chaud pour deux-trois jours, jusqu’à l’apparition de l’écume. On la retire, on fait bouillir la saumure. Puis, on y ajoute de nouveau les épices et on la met toute chaude dans le bocal avec les concombres, puis on le ferme avec des couvercles en plastique et on le met au frais dans une cave.

    L'idée de créer le musée est apparue, quand «le Festival du concombre» s’est  passé pour la première fois à Loukhovitsy. L'événement a attiré dans ces lieux beaucoup de touristes et d’agrariens de Moscou, de Riazan, de Souzdal et d'autres villes.

    Le festival de concombre se passe sur la  place de la gare. Dans son programme, il y a la foire, des spectacles, des concours de toute sorte et des distractions pour les visiteurs et, bien sûr, des souvenirs avec l’effigie du concombre — des tasses, des casquettes, des maillots, des insignes, des aimants, des calendriers. Cependant le but du festival du concombre — ce n’est pas seulement la distraction. Maintenant, les concombres sont cultivés à Loukhovitsy en quantités moins grandes qu’auparavant. Le festival est nécessaire pour le soutien du petit business, qui a commencé à s'éteindre ces dernières années. Dans le cadre du festival il y a  toujours une  conférence scientifique, où  des représentants des diverses  sociétés agricoles, des instituts scientifiques, parlent des technologies correctes de la culture des concombres.

    Photo:www.autotravel.ru

    On a  commencé à cultiver  largement les concombres à Loukhovitsy dans les années 60 du dernier siècle. Il est facile d'en expliquer la raison — ici, le climat convient le mieux à ce légume — il est doux et humide. Le business s'est avéré profitable — les gens étaient capables de gagner en un été assez d’argent pour acheter une voiture, parfois même un appartement. C'est pourquoi certains  quittaient leur lieu de travail principal pour s'occuper seulement des concombres. Ils bossaient  jour et nuit sur leurs plates-bandes, les arrosaient, les protégeaient du froid. Ensuite, ils se réunissaient en groupes pour aller à Moscou, par un train de banlieue, pour vendre les légumes dans des marchés.

    Aujourd'hui, pendant l’excursion dans le musée, on raconte l'histoire du concombre, en persuadant les visiteurs que le concombre est un produit doté de propriétés surprenantes que beaucoup de gens ne soupçonnent pas. C'est un des plus anciens légumes, que l’on cultivait, par exemple, en Inde il y a six mille ans. Il contient beaucoup de substances utiles à la santé et convient parfaitement à ceux qui sont au régime.  En  Russie, les concombres étaient traditionnellement utilisés comme un  remède — on  en faisait  des mixtures contre la toux, on l’appliquait comme un  fébrifuge, on donnait le coulis du concombre aux malades souffrant de problèmes gastriques.

    Une des devantures du musée est consacrée aux produits de beauté à base de concombre. Ici, il y a la crème pour les mains, les shampooings, les lotions et les recettes de toute sorte de masques de concombres.

    On y voit un rayonnage intitulé «Le Pays du concombre». Ici se trouvent des bricolages de toute sorte liés au  concombre, réalisés  en farine salée, en savon, ou tricotés. Ce sont les habitants de la ville de Loukhovitsy qui ont fait tout cela. Et, bien sûr, ils ont participé directement  à la création du musée original — ils apportaient des livres, des photos, des objets  antiques, enfin, les bocaux avec les concombres salés. Déjà vers l'été prochain, le musée envisage de s'élargir, ainsi que, tout à fait probablement, de créer une salle de dégustation — pour que l'on puisse apprécier la qualité des concombres de Loukhovitsy  ici-même, sur place.

    Le Musée du Concombre à Loukhovitsy est ouvert chaque jour de 15  heures  jusqu'à 21 heures, excepté lundi. Les billets sont accessibles à chacun.

    Lire aussi:

    Un extrait de concombres de mer pourrait tuer les cellules cancéreuses
    Canada: près de 40 personnes hospitalisées après un empoisonnement au monoxyde de carbone
    Une créature étrange ressemblant à un «alien» retrouvée sur une plage de Thaïlande (vidéo)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik