Analyse
URL courte
0 0 0
S'abonner

Ils sont environ 2,5 millions à avoir quitté leur Patrie. Eux, ce sont les Français à l'étranger qui étudient, travaillent, vivent en dehors de France.


Ils sont environ 2,5 millions à avoir quitté leur Patrie. Eux, ce sont les Français à l'étranger qui étudient, travaillent, vivent en dehors de France. Établis temporairement ou durablement à l'étranger, ces citoyens français peuvent désormais élire leurs propres représentants à l’Assemblée Nationale. Nous avons joint au téléphone Ludovic Chaker, l’un des candidats aux élections législatives des 3 et 17 juin prochain pour la 11 ème  circonscription.

Les Français à l’étranger disposent déjà d’un organe représentant leurs intérêts auprès des institutions françaises, l'Assemblée des Français de l'Etranger (AFE). Les conseillers de l'AFE élisent, d'ailleurs, douze sénateurs qui représentent cette communauté à la Chambre Haute du parlement français. A partir de 2012, les Français établis à l'étranger qui sont inscrits sur les registres consulaires de leur pays de résidence, peuvent élire leurs représentants à l'Assemblée Nationale. Une nouveauté de ce scrutin est le vote par internet ce qui est surtout d’actualité pour les Français établis en Russie qui est un pays très étendu.

Candidat Dans la 11 ème  circonscription dont la Russie fait partie avec 48 autres pays, Ludovic Chaker, trente-deux ans, mène déjà sa campagne au plus près des électeurs. Ce candidat indépendant prévoit de se rendre dans chaque pays de sa circonscription afin de rencontrer les Français de l’étranger et de mettre son programme à l’épreuve du terrain.

Hasard du calendrier, la visite de Ludovic Chaker à Moscou a coïncidé avec les élections présidentielles russes du 4 mars dernier.

« Je suivais déjà depuis un certain temps les « ententes » entre Vladimir Poutine et le président Medvedev. Tout ceci pour nous en France, est parfois traité par les médias d'une manière assez biaisée. Je pense que j'ai pu prendre davantage connaissance des spécificités du système politique mais aussi culturel russe. On a tendance de parler d’une Russie éternelle, un peu figée, avec un fatalisme russe qu'on retrouve chez les grands auteurs comme Dostoïevski. Mais j’ai beaucoup parlé avec des jeunes russes. Certains ont voté pour Vladimir Poutine, certains n'ont pas voté, certains ont voté pour les opposants ce qui montre que l'opposition existe aujourd'hui en Russie, mais avec une prise de conscience que les choses sont en train de changer c’est-à-dire que la stabilité que proposait le régime Poutine depuis le début des années 2000 doit aujourd'hui être accompagné de réformes. Et ça, c'est vraiment ce que j'ai senti en observant de nombreuses manifestations, en discutant avec ces jeunes qui ont manifesté et qui veulent, qui sont prêts à réélire Vladimir Poutine, mais qui attendent de lui davantage de réformes et qu’il met davantage la Russie sur le chemin de la modernité  » .

Convaincu de l’utilité des 11 députés élus par les Français à l’étranger qui viendront compléter le dispositif législatif et de représentation existant, Ludovic Chaker connaît mieux que personne les problèmes que rencontrent les Français à l’étranger, lui, qui a passé en tant qu’expatrié plusieurs années en Chine.

«  Un Français vivant à Novossibirsk, un Français vivant à Melbourne, un Français vivant à Canton rencontrent les mêmes problèmes, les mêmes typologies de problèmes. Au-delà de l'aspect assez incohérent de cette circonscription, on constate que les Français à l’étranger rencontrent des problèmes identiques. Assez peu de choses ont été faites pour cette communauté des Français à l’étranger à présent. Les questions qui se posent aujourd'hui sont, bien évidemment, celles de la scolarité. Viennent ensuite la protection sociale qui est très importante, et la santé. Mais j'y ai identifié également des problèmes qui sont vraiment d'un ordre nouveau. On constate que la communauté des français à l’étranger devient très mixte, c’est-à-dire que des mariages mixtes avec des personnes de la nationalité différente qui donnent naissance à des enfants souvent binationaux voire tri-nationaux, ne sont pas reconnus par le système français. Les problèmes que rencontrent les Français à l’étranger sont multiples. Je les aborde dans mon programme qui est disponible sur mon site internet  www.chaker2012.com . J’invite tous les auditeurs à s’y rendre et à débattre le cas échéant  » .

Ne bénéficiant de soutien d’aucun parti politique, Ludovic Chaker a donc recours à des réseaux de connaissances et d’amis pour se faire connaître, mais aussi à des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Youtube) et au site Internet Coach Surfing qui lui permet d’être hébergé chez les Français qui vivent sur la 11 ème  circonscription. Il ne s’agit pourtant que d’une partie des moyens dont ce candidat pense faire un usage optimisé afin de porter sa parole.

Candidat indépendant, Ludovic Chaker est convaincu que cette indépendance est un atout. Mais cette indépendance, ne constitue-t-elle pas également un handicap ?

«  Aujourd'hui, les élections législatives ; à l'étranger en particulier ; sont vampirisées, présidentialisées par les élections présidentielles en France qui auront lieu dans les semaines à venir. A mon sens, les questions des Français à l’étranger sont apolitiques. Tout est à bâtir, tout est à construire. Nous partons d'un territoire en friche. Sur ce constat, il faut tout simplement prendre son bâton de pèlerin et aller au contact de ces Français à l’étranger qui sont souvent méconnus. Cette indépendance est pour moi un véritable atout. Pour preuve : au quotidien je suis accueilli de manière extrêmement chaleureuse par les Français – les associations, les institutions – sur le terrain. Mon équipe ne m'aurait pas suivi, si j'étais politisé. C'est un choix de ma part. Après évidemment, un député indépendant à l'Assemblée Nationale, me direz-vous, qu'est-ce que ça représente ? Évidemment, un député indépendant à l'Assemblée Nationale est un peu cloisonné. Je pense très honnêtement qu’on peut conserver une forme d'indépendance à l'Assemblée nationale tout en y faisant un poids politique. Je ne perds pas de vue que le député reste député et l'élu d'une Nation, il représente la Nation française et pas seulement les administrés qui l'ont élus. Une fois élu à l'Assemblée Nationale, je m'engage à participer au travail des commissions, faire mon travail de député sur les bancs du palais Bourbon à cinquante pour cent, mais également aller au plus près de mes administrés et de la 11 ème  circonscription de l'étranger en passant cinquante autres pour cent sur place en alternance dans les pays. Cette indépendance est un atout sur le terrain. Je pense qu’elle peut également être transformée en une forme d’influence et d’atout à l'Assemblée nationale avec un poids réel ».

Et si vous n’êtes pas élu, Ludovic Chaker ?

« Je n’envisage pas ne pas être élu. Ma candidature n'est pas une candidature folklorique, je ne souhaite pas faire de la figuration dans cette élection législative sur la 11 ème  circonscription, je compte bien aller jusqu'au bout et j’y mets toute mon énergie. Toute mon énergie est dédiée à cette campagne mais surtout à l'après-campagne. Toute mon énergie se tourne vers le futur et bien après le 17 juin, et nous verrons bien quelle sera la configuration au soir du 17 juin à l'Assemblée Nationale. La question de mon futur pourra alors se poser, élu ou pas ».

En visite à Moscou du 1 er  au 5 mars dernier, Ludovic Chaker a rencontré beaucoup de Français établis en Russie, s’est longuement entretenu avec le Consul Général à Moscou et a participé à une soirée francophone dans la capitale russe.

« J'ai rencontré des gens extraordinaires à Moscou, des profils vraiment très très différents – des jeunes, des vieux, des riches, des pauvres, des qui étaient mariés avec des Russes, des qui étaient des expatriés avec leurs familles. C'est vraiment très riche. Je vais vous dire quelque chose qui peut vous paraître naïf mais j'aime les Français à l’étranger. Je les aime parce qu'ils sont curieux, ils sont polyglottes, ils ont des idées, ils sont ouverts, ils sont souvent chaleureux, ils sont grandes gueules, ils sont râleurs, ils sont tout ce vous voulez, mais c'est normal, ils sont Français. Mais il y a un dynamisme qu'on ne retrouve pas à Paris, qu'on ne retrouve pas forcément en France. C'est pour cela que c'est une vraie richesse. Et cette richesse, j'ai envie de la faire connaître, une fois élu, à l'opinion publique française, aux médias français, aux institutions françaises parce que, pour l'instant, ils sont largement méconnus, ces gens-là. En faisant le focus sur les profils, témoignages, portraits, expériences je pense que nous pouvons faire du bon boulot ».

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Macron avait chargé Sarkozy de transmettre une lettre secrète à Carlos Ghosn
Elle promène son chien et tombe sur un lionceau près de Perpignan – photo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Macron: la France va envoyer le porte-avions Charles-de-Gaulle et son groupe aéronaval au Levant
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik