Ecoutez Radio Sputnik
    Les événements au Mali menacent l’intégrité territoriale des pays africains

    Les événements au Mali menacent l’intégrité territoriale des pays africains

    Photo: EPA
    Analyse
    URL courte
    0 0 0

    L'auteur de l'émission « Gros plan sur l'Afrique » Alexeï Grigoriev vous


    L'auteur de l'émission « Gros plan sur l'Afrique » Alexeï Grigoriev vous invite aujourd’hui à écouter son sujet « Les événements au Mali mettent en cause l’intégrité territoriale de l’Afrique » et traditionnellement – un bref aperçu des événements « L’Afrique – les échos de la semaine ». L’auteur de la rubrique attend vos messages par e-mail  yazon@ruvr.ru

    Les événements au Mali rendent pendant la troisième semaine consécutive perplexes les pays voisins en Afrique de l’Ouest et toute la communauté africaine. Le coup d’Etat et l’accession au pouvoir de la junte militaire ayant renversé le président élu sur la base des principes démocratiques Amani Toumani Toure et dissout le parlement a affaibli le pouvoir central à Bamako. La situation sans cela explosive dans le Nord du pays s’étendant sur 1,2 millions de kilomètres carrés, soit un peu moins de la moitié du territoire du pays, s’est aggravée. Les Touaregs insurgés réunis sous le drapeau du Mouvement national pour la liberation de l’Azavad (MNLA) sont en confrontation avec les groupes armés d’islamistes radicaux commandés par « Al-Qaida au Maghreb islamique » et « Ansar Dine » (defenseur de l’islam). Ce dernier regroupant les radicaux touaregs se prononce pour introduire la charia dans le Nord du Mali. L’armée malienne qui s’est opposée jusqu’à récemment à toutes ces forces a pratiquement perdu la bataille. Le MNLA a proclamé le 6 avril l’Etat indépendant de l’Azavad sur le territoire qu’il contrôle. Les leaders du Mouvement ont annoncé la veille le cessez-le-feu s’étant montrés prêts au dialogue avec la junte à Bamako. Le pays est, néanmoins, divisé en deux parties. Les groupes islamistes radicaux entendent traverser le fleuve Niger et avancer vers le Sud du pays. Tel est dans l’ensemble le rapport des forces dans le Nord du Mali. … Ayant adopté la déclaration sur l’indépendance de l’Azavad, les leaders politiques du Mouvement ont demandé à la communauté internationale de reconnaître l’Etat autoproclamé au niveau diplomatique. Il est peu probable qu’il soit reconnu, a dit dans une interview téléphonique accordée à notre correspondant le chercheur de l’« Institut français des relations internationales stratégiques » Pierre Jacques Maut .

    Le maintien de l’intégrité territoriale et l’intangibilité des frontières des pays membres de l’UA demeure parmi les principes fondamentaux de l’organisation emprunté à l’OUA fondée en 1963. Toute infraction à ce principe est considérée comme une menace à l’ensemble de la communauté africaine ayant condamné toute forme de séparatisme sur le continent. L’expert français Emmanuel Grégoire, chef scientifique de l’Institut des recherches du développement a dit dans une interview qu’il a accordée par téléphone de Paris.

    La communauté internationale s’est opposée résolument à la proclamation de l’Etat indépendant de l’Azavad portant atteinte à l’intégrité territoriale du Mali. La communauté africaine y révèle une menace de balkanisation du continent et de séparatisme. Ainsi, s 'exprimant au nom de l'UA, le président de sa Commission, Jean Ping, a souligné : « Le principe fondamental de l'intangibilité des frontières héritées par les pays africains à leur accession à l'indépendance a réitéré l'attachement indéfectible de l'UA à l'unité nationale et à l'intégrité territoriale de la République du Mali ». Une question s’impose : la communauté africaine, ses institutions régionales, parviendront-elles à persuader les leaders de l’Azavad de renoncer bénévolement à leur idée ? Il n’existe qu’une alternative : les sanctions où l’emploi de la force contre l’Etat autoproclamé, ce qui est beaucoup plus dangereux pour le Mali et la région. On va voir dans les jours à venir comment évoluera la situation au Mali et autour de ce pays.

    Lire aussi:

    Annonce de Trump sur Jérusalem: en Afrique, «on ménage la chèvre et le chou»
    La Russie a besoin d'une nouvelle stratégie en Afrique
    Macron digne héritier de la Françafrique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik