Ecoutez Radio Sputnik
    La fonte de l’Oural a subjugué Paris en 1900

    La fonte de l’Oural a subjugué Paris en 1900

    © http://kasli.forum2x2.ru
    Analyse
    URL courte
    0 10

    Le correspondant de La Voix de la Russie Igor Yazon poursuit sa série d’émissions sur les villes de Russie par « Ekaterinbourg – capitale de l'Oural » avec l’histoire de l’une des merveilles de cette ville – le pavillon en fonte de Kaslino qui avait charmé Paris en 1900.


    Le correspondant de La Voix de la Russie Igor Yazon poursuit sa série d’émissions sur les villes de Russie par « Ekaterinbourg – capitale de l'Oural » avec l’histoire de l’une des merveilles de cette ville – le pavillon en fonte de Kaslino qui avait charmé Paris en 1900. Mais tout d’abord, il tient à exprimer sa reconnaissance à la compagnie aérienne « Lignes aériennes de l'Oural » et à l’office du tourisme du Comité des relations extérieures de l'Administration d`Ekaterinbourg, qui avait organisé son voyage dans la capitale de l'Oural … …

    Aucune autre ville de Russie comptant plus d’un million d'habitants, hormis Moscou et Saint-Pétersbourg, ne possède autant de théâtres, de musées et de salles d'expositions qu’Ekaterinbourg. La ville possède plus de 50 musées – d’histoire, du folklore, des beaux-arts, les sciences naturelles, de l’armée, etc, et encore 35 salles d’expositions ouvertes. En permanence. Les sites touristiques ne manquent pas. Mais la visite du Musée des beaux-arts d`Ekaterinbourg est incontournable. Et pas seulement pour admirer l'exposition magnifique de tableaux de maîtres européens et russes – du moyen âge notre époque. La marque du musée – c’est aussi le pavillon en fonte de Kaslino …

    Le pavillon était le pôle d’attraction pendant la 5-ème édition de l’Exposition Universelle de Paris de 1900. Il était placé au centre de la galerie du premier étage de l'exposition sous une immense coupole de verre. La masse ajourée du pavillon rappelait un palais féerique, dont les murs avaient l’air d’être tissés, tels des dentelles en fonte, aux reliefs recherchés.

    L'auteur de tout le projet, c’est l'architecte de Pétersbourg Evgueny Bouamgarten, - explique le vice-directeur du musée Iury Vasiliev. –D’après son projet, les meilleurs maîtres de l'usine de Kaslino ont coulé plus d'un millier et demi de détails en fonte, on en a assemblé par la suite le pavillon. Par ses contours, il évoque la tente d’un noble guerrier. Et ce dais de velours, soutenu par des lances de fonte, intensifie la ressemblance avec la tente. Sa hauteur dépasse six mètres (avec des étendards). Chacun d’eux est orné de marteaux croisés dorés – label de l'usine. Au-dessus de la tente se trouve une grille dorée avec les armoiries de l'Empire russe au milieu. Des deux côtés des ailes de l'aigle figaurant sur les armoiries, une inscription en français indique « Forges et Fonderies de Kychtym ».

    Les rayons disposés sur trois rangées à l'intérieur du pavillon, sont destinées à la vente : on y voit des figurines élégantes de dragons fantastiques, de faucons, de bêtes sauvages, de daturas aux couleurs féeriques et d’oiseaux merveilleux, de poissons extraordinaires avec la queue en forme de fleur – plus de 500 œuvres d'art en fonte. Et chaque acheteur recevait en supplément un petit souvenir - une breloque en fonte en forme de poisson, de sanglier, de chien, de bouvillon, de rat, d'ancre, de marteaux croisés - au choix.

    Le jury de l'exposition a décerné au pavillon la plus haute récompense pour les objets réalisés en métal – le Grand prix est allé au « Globe de Cristal » ainsi qu’une grande médaille d'or. Selon un journaliste français, les visiteurs ont pu admirer dans le pavillon de Kaslino « L’encyclopédie complète la fonte artistique ». Emile Loubet, président français de 1899 à 1906, avait visité le pavillon. Suivant la coutume russe, on avait offert à l'hôte de marque, sur un plateau ajouré en fonte, un pain, du sel et un petit verre de vodka. Ayant examiné le pavillon, le président a exprimé le désir de l'acquérir pour la république avec toute la collection et a proposé un prix fabuleux pour l’époque – deux millions de roubles. Pavel Karpinsky, directeur des usines de Kychtym alors présent, a transmis l'accord des propriétaires concernant la vente de l’ensemble, à l’exception de la sculpture de Nikolaï Laveretski « La Russie », qui se trouvait près de l'entrée au pavillon, symbolisant la puissance russe. Les négociations ont duré longtemps, et le président recevait toujours la même réponse - « La Russie » n'est pas à vendre! » …. Alors Loubet, vexé, s’est permis de douter de la qualité de la fonte de Kaslino, indiquant que si le plat, a-t-il fait remarquer, « une telle beauté tombe à terre par hasard, il se brisera à coup sûr ». L’artisan qui se trouvait à côté, n’a pas perdu sa présence d’esprit, et a jeté le plateau sur le plancher. Il a roulé, puis rebondi sur le seuil, mais a tenu bon… L’entourage du président a poussé une exclamation de surprise, Emile Loubet s'est étonné encore plus et il a ordonné de majorer le prix, mais le marché ne s’es pas conclu ….

    Une fois l’exposition terminée, le pavillon a été démonté et expédié dans l'Oural, à l'usine de Kaslino. « En 1921, raconte Iouri Vasillev, le pavillon a failli être détruit. Le directeur de l'usine de cette époque, le bolchevique Zakharov, ne comprenait pas sa vraie portée et il a ordonné de refondre les pièces pour en faire des obus. Mais alors, les ouvriers locaux, les artisans, parmi lesquels il y avait des bolcheviques, se sont insurgés contre le directeur. Celui-ci, pendant qu’il attendait l’autorisation de ses supérieurs, a réussi à supprimer quand même presque 60 pour cent des pièces. Mais il n'a pas reçu l’autorisation et les ouvriers se sont mis à restituer les fragments perdus du pavillon. Le travail était très complexe - et le pavillon en fonte de Kaslino n’été présenté sous son aspect originel dans le musée de Ekaterinbourg qu’en 1957. Aujourd'hui, le pavillon de Kaslino – c’est le summum de l'art des fondeurs d'Oural – il figure au catalogue International de l'UNESCO comme curiosité : une construction architecturale en fonte unique dans le monde, présente dans une collection de musée. « Le berceau » de la fonte de Kaslino, la ville de Kasli, est la seule ville au monde possédant un musée spécialisé dans la fonte artistique. Le musée fut ouvert en 1963. A la base de sa collection : des œuvres d’art créées au XIX-XX siècles à l'usine de Kaslino. C'est pourquoi, il n'est pas étonnant que cette petite ville soit devenue depuis des décennies un lieu de pèlerinage des touristes russes et étrangers.

    D'ailleurs, à cette exposition, la Russie avait quand même fait un cadeau à Paris – la carte de la France réalisée avec des pierres fines de l'Oural. On parlera d’elle, ainsi que des richesses des monts Oural présentés dans le musée de mines d’Ekaterinbourg dans l’émission suivante de notre série « Ekaterinbourg – capitale de l'Oural ». T

    Lire aussi:

    Macron et Le Pen dévoilent les lieux où ils fêteront la victoire s'ils sont élus
    Le Musée des chemins de fer s’est ouvert à Saint-Pétersbourg
    Une pièce de cristal naturel de 150 kg trouvée à Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik