Ecoutez Radio Sputnik
    L’ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de Russie A. Doumian parle de son voyage au Niger

    L’ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de Russie A. Doumian parle de son voyage au Niger

    © Photo : www.dic.academic.ru
    Analyse
    URL courte
    0 0 0

    La semaine dernière l’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de Russie au Mali et par cumul des fonctions au Niger, Alexeï Doumian a visité la capitale nigériane Niamey.


    La semaine dernière l’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de Russie au Mali et par cumul des fonctions au Niger, Alexeï Doumian a visité la capitale nigériane Niamey. Dans son interview par téléphone de Bamako il a fait part à notre correspondant Igor Yazon de ses impressions au sujet de la situation dans ce pays, des répercussions sur lui des événements alarmants en cours au Mali voisin…

    « Certes, les Nigérians sont préoccupés par ce qui se passe au Mali, dit le diplomate russe. - Ce sont deux Etats voisins et ils présentent beaucoup de commun. Par exemple, la population des Touarègues est importante dans les deux pays. Mali traverse actuellement une situation très difficile mais bien peu vont garantir que cela ne s’étende sur le Niger voisin. Néanmoins, les Touarègues nigérians montrent plus d’humeur pacifique et sont en somme paisibles. Il est vrai que parmi eux on entend également des appels belliqueux à venir en aide aux tribus maliennes, mais ces appels ressemblent plus à une provocation. Les pouvoirs du Niger parviennent donc à maintenir un statu quo. Il faut dire que le Premier ministre du pays est d’origine touarègue. Cela compte, et le pays réussit à garder le calme. Il importe qu’après le renversement du régime de Mouammar Kadhafi et le retour des Touarègues à son service de Libye « chez eux », le gouvernement du Niger a exigé des Touarègues nigérians qu’ils déposent les armes. Il n’y a eu rien de tel au Mali, et l’on sait ce que cela a donné. La situation au Mali demeure imprévisible. Ainsi, le 1er septembre les islamistes du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) ont pris le contrôle de la ville de Douentza, dans le centre du Mali. D’un côté, les groupes islamistes évoquent plus souvent leur volonté de négocier avec les nouvelles autorités du Mali, mais de l’autre – préparent leur offensive contre le sud du pays. De cette façon, le Niger doit rester sur ses gardes, dit Alexeï Doumian. – Membre de la Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest, le Niger insiste sur une intervention immédiate au Mali, afin d’y soutenir la période de transition et de commencer à combattre les intégristes dans le nord. Or sans une autorisation officielle du nouveau gouvernement du Mali le CS de l’ONU ne peut pas admettre le lancement d’une telle opération. Les autorités maliennes cherchent à persuader les pays voisins d’être en mesure d’avoir raison des intégristes, mais bien peu y croient. Y compris au Niger ».

    Vous savez bien sûr qu’une réunion de l’Agence « Rossodroujestvo » s’est tenue ces jours-ci à Moscou avec cette grande idée qu’on peut formuler comme suit : « La Russie doit affirmer davantage sa présence à l’étranger. Est-ce que cela peut-il avoir un rapport au Niger ?

    « A mon avis, c’est une idée saine, - répond Alexeï Doumian. – En somme, nous partons de ce que la présence politique, économique et culturelle de la Russie dans le continent africain doit être plus importante. Quant aux pays de mon accréditation – le Mali et le Niger, le travail dans ce sens est fait. Ainsi, sur le fleuve Niger on construit avec l’assistance de Russie un barrage de Kandandji. Cette centrale hydraulique doit permettre d’alimenter des systèmes d’irrigation et de fournir de l’électricité. Ce projet est indispensable à l’économie du Niger, frappé souvent par des sècheresses ruineuses. Dans un sens, pour nous c’est un projet pilote. S’il réussit, l’intérêt de l’Afrique pour les possibilités techniques de la Russie ne va que grandir. Notre autre projet au Niger, réalisé par une structure de Gazprom, concerne la prospection des gisements d’uranium. Il est significatif qu’aux termes du contrat signé avec le gouvernement du Niger la compagnie russe ait déjà construit deux grands pavillons scolaires et les équipe actuellement de tout le nécessaire. Notons que la même structure de Gazprom met en œuvre un projet touchant l’extraction de l’or au Mali, pays disposant, comme on le sait, de grandes réserves de ce métal précieux. A côté sur les mines d’or travaillent des sociétés du Canada, d’Australie, d’Afrique du Sud. Or les événements alarmants au Mali obligent les investisseurs, y compris russes, à geler ces projets utiles pour le pays. On comprend qu’une normalisation de la situation au Mali, fera revenir les investisseurs. Il reste à savoir quand ce sera ».

    C’était le récit de l’ l’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de Russie au Mali et par cumul des fonctions au Niger, Alexeï Doumiansur sa visite dans la capitale nigériane, Niamey.

    Lire aussi:

    Déploiement de soldats italiens au Niger: quels sont les risques?
    Pourquoi quatre soldats américains sont-ils morts au Niger?
    Immigration illégale: Merkel invite la Libye et le Niger à la table de négociations
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik