Ecoutez Radio Sputnik
    Le périple de Depardieu

    Le périple de Depardieu

    Photo : RIA Novosti
    Analyse
    URL courte
    0 0 0

    Très médiatisé à travers le monde le périple « Depardieu, change de pays » a connu un nouveau rebondissement à Saransk, en Mordovie.


    Très médiatisé à travers le monde le périple « Depardieu, change de pays » a connu un nouveau rebondissement à Saransk, en Mordovie. Ce dimanche, l’apparition de la Star française exhibant fièrement son passeport russe flambant neuf et faisant la fête en costume traditionnel a une fois encore déchaîné les réseaux sociaux.

    L’exil fiscal de Depardieu a suscité beaucoup d’intérêt chez les Français dès le mois de décembre. Selon certains sondages de l’époque, la majorité des Français se refusaient de blâmer l’acteur pour son choix de se soustraire à la super taxe de 75% voulue par le gouvernement socialiste français.

    Mais l’annulation de cette mesure fiscale n’a pas incité pour autant Gérard Depardieu à changer d’avis. Indigné par la réaction du premier ministre Jean Marc Ayrault, qui a qualifié la fuite de l’acteur de « minable », il a pris la ferme résolution de renoncer à la citoyenneté française. La lettre ouverte de l’acteur en réponse au premier ministre a cette fois électrisé le milieu du show-biz, en le scindant en deux camps. La première attaque est venue de Philippe Torreton, acteur engagé à gauche, avec son « Gérard t’as les boules » paru dans Libération. Mais le soutien de Catherine Deneuve, qui a taclé les propos de Philippe Torreton, et par la suite l’appui de Brigitte Bardot, ont équilibré les forces.

    Néanmoins l’opinion publique a basculé lorsque le monstre sacré du cinéma français est arrivé en Russie pour prendre possession de son passeport fraîchement édité sur ordre de Vladimir Poutine. Gérard Depardieu refuse de commenter lui même ses démarches, collant parfaitement à la politique du gouvernement français qui reste également muet. Alors que les commentaires sarcastiques fusent dans les deux pays. Les uns sont fatigués, les autres sont indignés par l’absurdité de ce spectacle. Le mot « pathétique » est souvent revenu dans la bouche des Français et des Russes, c’est l’incompréhension qui prédomine dans la pensée des gens. Mais que diable l’acteur va-t-il faire là-bas ? Et surtout en Mordovie ? Et comment un problème de fiscalité peut il se fondre dans une sorte de provocation internationale.

    D’origine franco-russe, Cécile considère toute cette affaire comme une vaste farce :

    « Pour moi c’est le comble de l’absurde. On sent très bien que Depardieu y gagne quelque chose, parce qu’il montre à quel point il est fâché contre la France, qu’il n’y se sent plus aimé. Il y gagne, en disant – regardez les Français ne m’aiment pas, par contre la Russie m’accueille à bras ouverts. Pour moi qui suis à moitié Russe, savoir qu’il est accueilli en Mordovie, là où les Pussy Riot sont incarcérées, a quelque chose de comique. J’ai entendu une interview de Depardieu aujourd’hui, dans laquelle il disait que ceux qui n’aiment pas Poutine, ne comprennent rien, que c’est un homme formidable et que seuls les gens qui ne sont absolument pas au courant de ce qui se passe le critiquent. Ca me fait rire très fort. C’est politisé de la racine jusqu’à la cime en fait. A l’époque où tout le monde veut quitter Moscou, lui est un Français pour qui tout va très bien. C’est une Star qui se fait naturaliser Russe, c’est étrange, surtout qu’on lui offre un appartement en Mordovie, mais qu’est ce qu’il va y faire ? Autant trouver un endroit à Sotchi, pour qu’au moins il continue de s’adonner à sa passion de la viticulture. Toute cette histoire me paraît ridiculement étrange. Je pense qu’au début, la Russie va s’intéresser à lui, peut-être qu’il sera sollicité pour de nombreux rôles, ou qu’il tournera des films, dont la star sera Gérard Depardieu lui-même, et qu’il continuera à jouer des personnages francophones, mais je pense que petit à petit l’intérêt pour lui va s’estomper ».

    Cependant, bien que dubitatifs au sujet des décisions récentes de Depardieu, les Français restent partagé sur les raisons qui ont poussé l’acteur. Marc est persuadé qu’il faudrait se pencher sur l’origine du problème plutôt que de s’occuper des difficultés affleurant à la surface :

    « Le départ de Gérard Depardieu à l’étranger était quasiment prévisible. Quand on prend tous les français qui jouissent de positions confortables, aux vues des derniers choix politiques faits par le gouvernement Hollande, l’augmentation perpétuelle des taxes, il fallait bien à un moment que ça se manifeste comme ça. Avant même de parler de la taxe à 75%, toute la fiscalité française augmente depuis des années et des années, et là on franchit un cap devenu quasi insupportable. La taxe de 75% ne sera pas appliquée, mais on ne peut pas en dire autant des autres augmentations d’impôts, tout a augmenté de plusieurs pourcents depuis des années et des années. Du coté français, une personne extrêmement connue s’en va, et c’est un signe fort. Et après ça il est peut être possible que ce soit un instrument de pression du coté russe sur la France, mais dans le quotidien des gens on n’a pas vraiment cette perception. Il est évident que les dernières décisions fiscales, proposées par le gouvernement Hollande n’incitent pas les personnes qui ont possèdent un petit patrimoine ou ont des revenus importants, à s’installer et à travailler en France ».

    L’affaire de Depardieu embarrasse peut être le gouvernement, mais en réalité le pouvoir en place a tout à y gagner. Gérard Depardieu fait la Une pendant que les problèmes de fond restent à l’écart, alors que les statistiques et les sondages récents montrent que même au niveau du durcissement de la fiscalité en France, l’affaire Depardieu n’est que l’arbre qui cache la forêt. T

    Lire aussi:

    «Soutien total à Gérard Depardieu»: le Net commente l’enquête visant l’acteur
    Gérard Depardieu ne donnera sa voix à aucun des candidats
    Des passeports, on n’en a jamais assez: Depardieu souhaite la citoyenneté turque
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik