Ecoutez Radio Sputnik

    Analyse

    La voix de ses maîtres

    Analyse
    URL courte
    0 0 0

    Le président François Hollande déclare que la France n’agira pas seule en Syrie si le Congrès américain ne soutient pas le projet de Barack Obama d’intervenir militairement dans le conflit syrien.

    Pourtant, à en croire les déclarations précédentes de M. Hollande, celui-ci est fermement persuadé de la nécessité de renverser le régime de Bachar al-Assad, qui aurait utilisé des armes chimiques contre son propre peuple, et de mettre au pouvoir l’opposition syrienne qui, selon lui, aurait suffisamment mûri pour pouvoir gouverner la Syrie.

    Or, dans le cas assez improbable où le chef de l’Etat français croit vraiment à ce qu’il dit, rien ne devrait empêcher la France, toujours éprise de liberté, de justice et de droits de l’homme, de voler seule au secours des opprimés en Syrie pour faire triompher la cause de l’opposition syrienne, avec ou sans le Congrès américain.

    Pourtant, M. Hollande reste toujours figé dans son rôle de chien sympathique, qui écoute attentivement la voix de son maître en attendant qu'il lui commande: «Attaque ! » Sa sainte indignation ne pourrait donc se traduire en actes qu’avec l’assentiment des élus américains. Je ne suis pas plus Français que les Français mais je trouve cette attitude du président franchement humiliante pour son pays.

    Je ne vais pas vous fatiguer avec des références à l’époque du général de Gaulle, où une telle situation aurait été tout simplement impensable. Nostalgie mise à part, j’aimerais tout de même poser à M. Hollande la question suivante : Selon vous, Monsieur le président de la République française, à quoi sert la souveraineté de la France ? /C

     

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur

    Lire aussi:

    À Montréal, Hollande, content de lui et fâché contre Trump et le «populisme»
    Hollande «n’a rien appris de son piteux bilan diplomatique»
    Retrouvailles: Hollande promet d’être toujours aux côtés de Macron
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik