Ecoutez Radio Sputnik
    Forum premier emploi franco-russe : qui cherche des employeurs français en Russie ?

    Forum premier emploi franco-russe : qui cherche des employeurs français en Russie ?

    Analyse
    URL courte
    0 74513

    La communauté française en Russie vit en ce moment une période très chargée et riche en événements : l’arrivée du nouvel ambassadeur de France en Fédération de Russie M. Jean-Maurice Ripert, la visite à Moscou du Premier ministre Jean-Marc Ayrault… Dans ce contexte, dans la capitale de la Russie s’est tenu le VIème Forum premier emploi franco-russe.

    Sur le territoire de la Russie quelque 400 entreprises françaises sont en train de se développer et d’augmenter le nombre de leurs filiales dans tous les coins du pays. Aussi existe-il la nécessité d’embaucher de plus en plus de spécialistes dans plusieurs domaines pour contribuer au développement progressif des compagnies françaises sur le marché russe. Et c’est justement le but du Forum premier emploi franco-russe, organisé avec le soutien de l’Ambassade de France en Russie et de la Chambre de commerce et d’industrie franco-russe, dont la première édition a eu lieu en 2007. Dans un premier temps, ce Forum est destiné aux étudiants, jeunes diplômés et jeunes spécialistes au profil international qu’ils soient russes ou français. C’est là où les firmes françaises accueillent les jeunes à bras ouverts, c’est là où ces derniers peuvent postuler pour un premier emploi.

    Le Conseiller de coopération et d'action culturelle de l'Ambassade de France Philippe Voiry est venu au Forum pour saluer et encourager la jeunesse :

    Philippe Voiry. Bonjour à tous, Mesdames et Messieurs, représentants des entreprises, des universités et des écoles, chers étudiants, chers diplômés. D’abord, je voudrais signaler que je suis heureux de voir le VIème Forum premier emploi organisé en partenariat avec l’Ambassade de France, les universités et le monde de l’entreprise parce que nous avons la chance d’avoir une population étudiante française qui croît en Russie, une population étudiante russe qui croît en France. Nous avons maintenant 5000 étudiants inscrits en France à des cursus variés. Chaque année c’est à peu près 2 000 étudiants qui choisissent d’aller étudier en France après avoir étudié en Russie. Il y a une tendance qui est irrésistible mais cela ne veut pas dire qu’il ne faille pas non plus faire des événements comme celui-ci. Il faut des Forums comme celui-ci pour faire en sorte que les entreprises choisissent qui recruter et que les étudiants puissent trouver leurs premiers emplois. Je remercie tous les partenaires qui font vivre cet effort collectif, que ce soient les entreprises présentées ici et les universités russes et françaises et qui sont toutes intéressées à recruter des étudiants avec la culture franco-russe dont on est fier. Parce que posséder cette culture franco-russe, c’est aussi un signe de qualité. Ce n’est pas seulement savoir se débrouiller dans l’une ou l’autre langue, c’est aussi un signe d’ouverture d’esprit, de mode de raisonnement multiculturel. J’ai parlé de présent, de passé. Il faut aussi parler du futur de la coopération franco-russe en matière universitaire, c’est aussi l’accompagnement que nous pouvons fournir pour les anciens élèves : c’est le réseau Unifrance auquel 4000 personnes sont inscrites. C’est un réseau social, une communauté. Ceux qui ont la chance d’avoir cette expérience multiculturelle et plurinationale, n’hésitez pas à faire vivre le réseau Unifr pour que votre expérience soit accessible à d’autres. C’est, bien sûr, aussi un réseau de recrutement. Je vous souhaite bonne chance à tous, bonne recherche pour les étudiants, bon recrutement pour les entreprises et que le maximum de personnes puissent réaliser leur vocation grâce à des événements comme celui-ci. »

    La Voix de la Russie.Plusieurs entreprises ont pris part au Forum premier emploi franco-russe dont Renault, Schneider Electric, Michelin, Atac, Auchan, Promod, Kiabi, LVMH Perfumes & Сosmetics, Société Générale et bien d’autres compagnies, certains d’elles faisant des présentations spéciales avec des représentants d’entreprises devant le public. Lors de celle d’Atac, réseau d’hypermarchés français, nous avons réussi à discuter avec le directeur régional de cette entreprise Florent Guignard qui est en Russie depuis peu de temps mais qui a déjà compris les avantages du travail en Russie dont « le potentiel est énorme »:

    Florent Guignard.« J’ai travaillé 20 ans pour Atac en France où j’étais directeur de magasin, directeur général et ensuite directeur du marketing. Depuis 4 ans j’étais sur Paris. Je trouve la France un peu trop mature où il y a un certain manque d’énergie. Mes amis français qui étaient en Russie depuis quelques années, m’ont dit : viens, tu vas voir, c’est très bien ici. Je suis venu donc ici et cela fait quatre mois que je suis là et globalement, on ressent cette énergie qui est très forte, beaucoup plus forte qu’en Occident. Parallèlement à cela, le potentiel est incroyable ici. Il y a pratiquement tout à faire au niveau de business. »

    LVdlR: Y-a-t-il de plus en plus de Français qui travaillent en Russie ?

    Florent Guignard. « Oui, on se développe. Il y a de plus en plus de Français parce qu’on se développe fortement mais ce n’est pas notre volonté. Notre volonté ce n’est pas que ce soient uniquement des Français qui viennent au comité de direction, c’est vraiment que ce soient des Russes. Mais pour l’instant on n’en est pas encore : l’entreprise est jeune, on a sept ans. Il y a un grand travail de formation, de culture à avoir. »

    LVdlR. Maintenant à l’époque de la crise financière en Europe, les conditions pour les Français en Russie sont-elles plutôt bonnes ?

    Florent Guignard. « Les conditions sont très bonnes. A part les conditions matérielles qui sont satisfaisantes, c’est surtout de retrouver de l’enthousiasme, de l’énergie, de retrouver ce qu’on a pu connaître en France il y a 15 ou 20 ans. Depuis que je suis en Russie, je vois que la France est une grande démocratie où tout est interdit et la Russie est une grande dictature, c’est ce que disent les Français, mais j’ai l’impression que tout est autorisé ici. C’est très vrai. J’ai vraiment le sentiment qu’en Europe tout est cloisonné, normé, légiféré alors qu’en Russie tout est possible, ce qui n’est plus le cas en Europe occidentale. Ce n’est pas tant la crise, parce qu’avant 2008 en France c’était déjà assez morose, assez mature. »

    LVdlR. Quelles qualités doivent posséder ceux qui travaillent chez Atac ?

    Florent Guignard. « Le sens du contact parce que chez Atac comme chez Auchan, en général, on a une culture humaine qui est très forte, ce qu’on appelle le partage du savoir, du pouvoir et de l’avoir. Ce n’est pas de la démagogie, c’est vraiment culturel. Cette notion de la hiérarchie proche, humaine… on accompagne, on forme, on a envie d’aller vers l’autre. Il faut des qualités de commerçant, d’ouverture d’esprit et des qualités humaines en termes de charisme. C’est les trois qualités principales. »

    Le Forum premier emploi franco-russe connaît un vif succès auprès des Russes qui maîtrisent bien le français mais aussi auprès des jeunes Français. Nous avons rencontré un groupe d’étudiants français dont l’un, Pierre, nous a expliqué pourquoi ils étaient venus au Forum :

    Pierre. « Je suis pour le premier semestre à l’Université d’Etat de Moscou Lomonossov, faculté d’économie. Pour le deuxième semestre j’aurais aimé faire un stage à l’étranger donc pourquoi pas en Russie, à Moscou. Je suis en Ecole de commerce en Normandie. Je cherche donc un stage ici, histoire de me faire un bon CV pour plus tard. Je suis là depuis début septembre. La vie ici me plaît bien, Moscou est une ville très sympa. Je cherche un stage en logistique et achat. Il y a des services logistiques et des services achat dans chaque entreprise. Quand on a vu qu’il y avait un forum avec des entreprises françaises, on s’est dit que cela pourrait être intéressant. » T


    Lire aussi:

    Poutine et Macron donnent une conférence de presse à Versailles
    SPIEF: l’économie globale en quête d’un nouveau point d’équilibre
    Macron se rendra-t-il au Forum économique de Saint-Pétersbourg 2018?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik