Ecoutez Radio Sputnik

    Analyse

    « Poutine : un grand homme de vision ! » selon Hélène Carrère d’Encausse et Marc Rousset

    Analyse
    URL courte
    0 0 0

    Marc Rousset est Docteur ès Sciences Economiques et ancien Directeur général des groupes Aventis, Carrefour et Veolia. Il est l’auteur de La Nouvelle Europe de Charlemagne et des Euroricains. En 2010, il a publié encore un ouvrage intitulé La Nouvelle Europe Paris-Berlin-Moscou. Il est parmi les braves sur le pont qui osent défier au nom de la nouvelle droite les socialistes qui perdent la France en l’atomisant et la livrant à l’ennemi wahhabite. Il a voulu donner son approche du nouveau programme annoncé par Poutine pour l’année à venir devant l’Assemblée Fédérale de Russie dernièrement à Moscou.

    Marc Rousset. « Je pense que c’est à l’Europe de l’Ouest de suivre le modèle de la Russie. Pour moi, Poutine c’est le style de Gaulle adapté à la Russie. La Russie ne peut être gérée que d’une façon forte. Une fois que l’on se retrouve dans un territoire 2 fois plus grand que celui des Etats-Unis, avec en plus le multiethnisme, cela pose des problèmes. La seule chose que je dirais à terme par rapport au système politique et civilisationnel russe, est que nous autres, en Europe Occidentale, on a l’usage du référendum direct alors qu’en Russie je ne pense pas que cela soit aussi bien adapté.

    Lorsque j’ai écouté le discours de Poutine, j’ai tout de suite compris que nous, nationalistes français, nous nous reconnaissons dans Poutine qui est pour nous le rempart des valeurs européennes qu’il défend. Nous le prenons pour modèle et je n’ai pas autre chose à dire.

    La remarque qui me paraît être importante parce que évidemment que j’ai des contacts dans les milieux nationalistes, et là c’est mon objection par rapport à ceux qui tiennent des discours antipoutiniens, en disant qu’il ne fait pas assez attention à l’immigration ou aux problèmes interethniques, pour moi, ces nationalistes ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Je pense qu’en son for intérieur, Poutine pense la même chose qu’eux-mêmes. Mais la différence est que Poutine, lui, a une vision géopolitique. Il pense Russie. Il ne pense pas à court terme sur les problèmes que l’on vit malheureusement, et que certains Russes vivent malheureusement avec les problèmes de l’immigration. Poutine a très sagement une position plus modérée parce qu’il pense à la Tchétchénie et au Caucase du Nord qui est la partir intégrante de la Russie. Il pense aux partenaires de la Russie : on voit les problèmes que cela pose avec l’Ukraine. Ou encore l’Alliance politique avec l’Asie Centrale, etc. En ce qui concerne la politique extérieure de la Russie, on ne répétera jamais trop l’idée que Poutine, natif de Saint-Pétersbourg, est un Européen visionnaire à la tête d’une puissance eurasiatique et très favorable à la Grande Europe. Mais malheureusement, les dirigeants à l’Ouest n’ont pas assez compris ce message visionnaire qui rejoint à l’Est ce qu’on a vu avec de Gaulle en son temps à l’Ouest.

    L’attitude de Poutine en ce qui concerne les sociétés étrangères me paraît tout à fait raisonnable. C’est ce que nous, dans le cadre de la préférence communautaire, nous devrions faire en Europe. Je suis favorable à une Europe confédérée carolingienne qui se rapprocherait de la Russie. Donc il est normal que Poutine défende les intérêts de son pays en obligeant les sociétés étrangères à s’installer en Russie.

    Je suis aussi très content de voir que la Russie reste aussi une très grande puissance scientifique avec une spécialisation dans la Défense et les satellites. La Russie n’a malheureusement, pas le budget de défense des Etats-Unis, mais elle a néanmoins un budget de défense suffisamment élevée pour se faire respecter.

    Le problème de l’Ukraine, lui, est lié à la politique extérieure de Poutine. Pour moi, ces événements sont une deuxième révolution orange. Vous avez McCain qui est un extrémiste et qui voulait bombarder la Russie, qui se permet d’aller parmi les manifestants au nom de l’Europe et pour le bien de l’Europe alors qu’il ne pense qu’aux Etats-Unis et veut foutre en l’air la Russie ! Alors que l’enjeu est une Russie avec ses 143 millions d’habitants dans un territoire qui – ne l’oublions jamais ! – est deux fois plus grand que celui des Etats-Unis ! Poutine a raison de faire ce qu’il fait, même si la Russie doit débourser jusqu’à 20 milliards d’euros. L’avenir des relations russo-ukrainiennes vaut bien une somme aussi importante. Dans le cadre géopolitique, et je pense que Poutine en est conscient, on voit l’Ukraine se pencher à l’Ouest. Mon conseil à Poutine serait très simple : si par hasard, l’Ukraine devrait se pencher à l’Ouest pour une raison ou pour une autre, je préconiserai vraiment à Poutine de faire scission alors de l’Ukraine en deux et de rattacher Kiev, l’Est et la Crimée à la Russie. Si nécessaire, je n’hésiterai pas à envoyer les chars russes à Kiev au moment où ce sera opportun. Et j’y applaudirai des deux mains, je dis bien, car la prise de Kiev par les Russes ne serait pas une occupation sinon une reprise de possession de leurs droits historiques et religieux. Et cela n’aura rien à voir, je dis bien, avec l’oppression de l’URSS à Budapest ! Ce sera pour assurer la survie de la Russie avec ses 143 millions d’habitants, chien de garde à l’Est de l’Europe et pour faire face de la part de la Grande Europe à la Chine, à l’Asie Centrale, au Caucase et à l’islam.

    Ce que je voudrais dire pour conclusion, pour ce qui est de la Grande Europe, des valeurs et de tout ce qui a été abordé y compris de façon plus incisive sur le problème de l’Ukraine, je reprendrais tout simplement ce qu’a écrit Madame Hélène Carrère d’Encausse dans sa dernière chronique du Figaro : « Poutine – un homme de vision ! » Et j’ajouterai pour moi, un homme de vision semblable à de Gaulle, Clemenceau, Richelieu, Churchill même s’il est peut être et, sans doute, moins cultivé. De toute façon il a l’autorité et le courage, ce qui manque à nos hommes politiques européens à l’Ouest. »

    Commentaires de l’Auteur. Vladimir Poutine a choisi un avenir pour son pays en choisissant de combattre pour ses valeurs – orthodoxes, européennes et riches d’un passé glorieux qui forgea la Russie. Les Français, eux, sont de plus en plus démontés en pièces détachées qui pourraient servir aux nouveaux maîtres de la France prenant possession des lieux. On s’habitue de plus en plus aux burqas. On se fait humble et l’on s’écrase devant l’envahisseur. Et parmi tout ce beau gâchis, tel un cheval de Troie, se dresse l’Elysée avec l’occupant des lieux qui agit au nom des siens mais point au nom de la République et des valeurs européennes dont il n’a que faire. T

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur

    Lire aussi:

    Élections russes, affaire Skripal, Ukraine… Frédéric Pons remet les pendules à l’heure
    Who is Mr. Putin: retour sur 17 ans de politique du dirigeant russe
    Poutine-Merkel, une lune de miel sans révérence?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik