Ecoutez Radio Sputnik
    Tout le monde est invité à s’inscrire… (partie 2)

    Tout le monde est invité à s’inscrire… (partie 2)

    Analyse
    URL courte
    0 101 0 0

    Si quelqu’un désire s’inscrire en cours de russe intensif, avant de partir en Russie, c’est maintenant. Le Centre culturel de Russie en France offre toute une gamme d’enseignements de la langue dont des cours d’été, une formule qui a beaucoup de succès.

    C’est ce qu’a m’a dit la directrice des cours Mme Olga Sekletova que j’ai pu rencontrer dans les locaux du Centre à Paris. Nous avons déjà diffusé la première partie de cet enregistrement. Aujourd’hui vous allez entendre la suite. Et pour commencer il faut signaler que l’apprentissage est ouvert à tous les intéressés, quelle que soit leur compétence. Il existe des groupes de dix niveaux, ce qui fait plus que dans les universités offrant des cours aux spécialistes… Chacun doit donc se trouver une place et se sentir à l’aise. Et pourtant le début de l’apprentissage est toujours un moment particulier, pas toujours très facile. « La peur au début c’est la peur totale », dit Olga Sekletova qui connaît son public. Le fait est que certains ont peur de se lancer dans ce qu’ils voient comme une aventure. A tort, bien évidemment. Car les cours sont organisés ainsi que les résultats seront tangibles. Mais l’étudiant ne doit pas penser que c’est automatique.

    O. S. Je peux vous dire que notre système prévoit un cours par semaine, un cours de deux heures. C’est notre formule essentielle. Et si la personne suit régulièrement cet enseignement, à la fin de la formation, cela fait 60 heures dans l’année. Si on commence au mois d’octobre et on termine au mois de juin, la personne a 60 heures d’études. Et si cette personne vient régulièrement, je peux vous dire que le niveau désiré est atteint.

    LVdlR. Qu’est-ce qu’on sait faire, quels sont les acquis au bout d’une année d’apprentissage? Est-ce qu’on peut déjà s’exprimer?

    O. S. On peut. Ce sont les connaissances vraiment élémentaires et basiques, mais pendant le cours, l’enseignant poursuit le but de donner aux étudiants cette expérience de construire des dialogues et des textes élémentaires, et de communiquer avec les autres, ce qui est vraiment très important. Les étudiants arrivent finalement à s’exprimer.

    LVdlR. Et si quelqu’un est assidu et vraiment motivé, pendant combien d’années peut-il continuer d’étudier le russe?

    O. S. Nous avons des étudiants qui sont fidèles à tel point qu’ils viennent ici depuis dix ans. Nous avons dix niveaux, et il y a des étudiants qui viennent depuis des années, qui ont fait tous les niveaux, du début jusqu’aux cours spécialisés.

    LVdlR. Une question qui m’intrigue. Si les cours ont dix niveaux et qu’on peut les suivre pendant 10 ans, peut-on enfin dire du Dostoïevski dans le texte au bout de ces longues années?

    O. S. Oui. Il ne faut pas penser que ça peut se faire après la première année d’étude, il faut être raisonnable à ce sujet. Mais après plusieurs années c’est possible.

    LVdlR. Pour les cours spécialisés, le Centre en propose plusieurs : civilisation, le monde russe à travers les médias, le russe des affaires mais aussi préparation aux concours : Agrégation, CAPES, ainsi qu’aux examens d’entrée dans les Grandes écoles. Il y a aussi la littérature du XIX-e siècle et celle du XX-e. On est vraiment comme à l’université. Evidemment ces cours requièrent une participation active des étudiants ce qui contribue à faciliter l’amélioration de leurs connaissances et de leur expression orale. Y a-t-il beaucoup de demandes pour ces cours spécialisés ? Olga Sekletova.

    O. S. Pour la littérature, nous avons deux groupes assez stables, tous les ans. Dans chaque groupe, nous avons dix personnes. Vingt personnes en tout qui viennent pour la littérature. Pour les cours qui s’intitulent La Russie d’aujourd’hui : les médias russes, ce sont les actualités de la Russie, deux groupes aussi, et le nombre total est de 18-20 personnes.

    LVdlR. Est-ce qu’il faut connaître le russe pour suivre les cours de littérature?

    O. S. Oui, il faut être d’un bon niveau parce que tout le cours se fait en russe. Ce sont des œuvres qui sont étudiées, et le professeur propose des discussions après la lecture des morceaux, des extraits et des œuvres entières. Cela se passe en russe.

    LVdlR. Si vous avez bien compris, tous ces enseignements sont dispensés au cours de l’année d’études qui commence en octobre et dure jusqu’en juin. Mais le Centre culturel de Russie propose aussi une formule assez récente, celle des cours d’été. Immersion totale, pourrait-on dire, car il s’agit vraiment d’un apprentissage très intense.

    O. S. On a commencé en 2009 à proposer cette formule de deux semaines. Cela dépend chaque année un peu des dates mais cela se passe fin juin début juillet. Et c’est deux semaines de travail intensif, chaque jour : ou bien, six heures dans la journée, ou le soir, trois heures, sauf le samedi et le dimanche.

    LVdlR. Et pouvez donner l’idée des tarifs?

    O. S. Cette année on propose pour les particuliers la formule « jour » qui comprend 60 heures d’études à 700 euros. Et le soir, 30 heures de cours, pour les particuliers, 400 euros. Je dis « pour les particuliers », parce qu’il y a aussi des tarifs entreprise.

    LVdlR. Quand est-ce vous commencez les inscriptions?

    O. S. Les inscriptions ont commencé le 12 mai et vont durer jusqu’au 14 juin. Tout le monde est invité à s’inscrire et à suivre nos cours. Vous pouvez trouver les informations sur notre site.

    LVdlR. Là, vous avez parlé des cours intensifs ou des deux?

    O. S. Des cours intensifs.

    LVdlR. Et pour l’année prochaine?

    O. S. Pour l’année prochaine, on commence les inscriptions au mois de septembre. La date n’est pas encore déterminée mais généralement on commence le 15 septembre.

    LVdlR. Avant de quitter le centre culturel de Russie à Paris et de terminer cette conversation avec la directrice des cours de russe Mme Olga Sekletova, je voulais une fois encore penser aux gens qui hésitent. En effet, la proposition est riche et variée. Comment choisir? Et surtout comment comprendre si on est fait pour apprendre une langue comme le russe? Y aurait-t-il une recommandation?

    O. S. Vous savez, c’est difficile, c’est personnel. Chaque fois c’est un peut difficile de donner telle ou telle recommandation. A mon avis, si on parle de ce moment, je peux recommander de commencer par les cours intensifs d’été pour voir si, après, vous allez continuer, si vous tenez à ce genre d’enseignement, à cette langue, ou non. Cette courte période, mais bien intensive, va vous montrer si vous voulez suivre ou non.

    LVdlR. Ce sera un essai, en quelque sorte?

    O. S. Oui, un essai.

    LVdlR. Vous avez entendu à notre micro Mme Olga Sekletova, directrice des cours de russe au Centre culturel de Russie au 61 rue Boissière, dans le XVI-e, à Paris. Et maintenant réfléchissez. C’est peut être une bonne occasion de se lancer dans un défi qui ouvre l'accès à une langue riche et belle, qui ne manquera pas d’élargir votre façon de penser et votre regard sur le monde.

    Lire aussi:

    L’enseignement russe attire de nouveau
    Apprendre le russe grâce au… football
    La France moins attractive pour les étudiants étrangers?
    Les USA veulent protéger les étudiants américains contre les «agents étrangers»
    Gérard Chaliand: à Mossoul, les djihadistes «utilisent les civils comme boucliers humains»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik